Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 août 2016 6 06 /08 /août /2016 07:38

Deep Fathom - James Rollins – Pocket 16094 – 2012 – traduit par Leslie Boitelle.

Nous sommes le 24 juillet, à 16 h 44 une éclipse va avoir lieu et nous suivons plusieurs personnes, chacune dans un quotidien qu'il apprécie ou supporte, mais il faut bien vivre. La journée s'annonce comme beaucoup d'autres...

jusqu'à ce que le sol se mette à vibrer, à trembler, de plus en plus fort, jusqu'à secouer les rives du Pacifique, causant d'immenses dégâts et faisant de nombreuses victimes.

Le président des états-unis est à Guam, une île en danger, il n'est pas question qu'il court le moindre risque aussi la décision est prise qu'il prenne l'avion présidentiel pour être mis à l'abri.

Mauvaise idée, Air Force One va être pris dans un orage magnétique qui va le précipiter dans l'océan. Incident qui risque fort d'être mis à profit par quelques personnes, le vice-président par exemple, appelé à grimper d'un cran dans la hiérarchie. Celui-ci aimerait impliquer la Chine dans le but de provoquer une guerre en paraissant être en droit de le faire.

Néanmoins il importe de retrouver les boîtes noires, et le corps du président, pour cela Jack Kirkland va être rappelé. Disposant d'un sous-marin capable d'atteindre de grandes profondeurs. Kirkland n'est pas heureux de devoir accepter cette mission, il a quitté l'armée depuis des années et passe son temps sur un bateau, avec un équipage de chasseurs de trésors. Il était sur la piste d'un sous-marin chargé d'or quand il a vu celui-ci s'engloutir dans une faille lors du cataclysme qui se déchaîna. Il ne put récupérer au passage qu'une paire de lingot avant de voir l'épave disparaître là où elle sera inaccessible.

Difficile pourtant de refuser la mission que lui propose l'amiral Mark Houston, qu'il connaît bien.

Il l'aurait peut-être pourtant fait s'il avait su qu'il retrouverait ainsi le frère de la femme qu'il aimait, laquelle trouva la mort lors de l'accident d'une navette spatiale à laquelle Jack participait avec elle. Il s’apprêtait justement à la demander en mariage avec la Terre en toile de fond.

Raté.

Bien que Kirkland n'ait aucune responsabilité dans l'accident son frère lui en veux à mort de n'avoir pu sauver sa sœur.

 

Ailleurs, sur l'île d'Okinawa, Karen Grace, anthro­po­logue et canadienne, ce qui n'est pas incompatible, et sa partenaire, Miyuki Nakano, géniale informaticienne, gagnante du Prix Turing, sont en route pour explorer les Dragons, une paire de pyramides qui étaient sous-marines avant qu'un séisme ne les fasse ressortir de l'eau, accompagnées d'un ensemble architectural inconnu.

 

Lors de sa première plongée, Kirkland remarque d'abord un pilier de cristal étrange en même temps que des phénomènes inattendus se passent dans son engin. La communication fut interrompu pendant un long moment alors que pour lui ce ne fut que pendant quelques minutes. Qu'importe, ce n'est qu'une bizarrerie parmi d'autres. Sur le pilier il remarquera une étrange écriture dont certains éléments sont déjà connus, dispersés sur des monuments anciens. Personne encore ne put déchiffrer ces signes ni découvrir d'où ils venaient ni quelle civilisation les avait créés.

Opportunément Karen et Miyuki détiennent d'autres éléments de cette écriture, elles disposent, en plus, de l'aide de Gabriel, une intelligence artificielle capable, avec quelques indications en guise de point de départ, d'en lire une partie. D'un autre côté les deux jeunes femmes furent agressées et manquèrent être abattues par des inconnus en explorant les ruines émergées.

 

Que s'est-il vraiment passé, quelle est la nature de ce pilier découvert par Kirkland, d'où vient l'écriture mystérieuse, qui veut en protéger les secrets ? Pour construire son récit l'auteur s'appuie sur des énigmes déjà posées : Le Triange du Dragon, équivalent dans le Pacifique de celui des Bermudes, il récupère les œuvres de James Churchward, que j'ai lu dans mon adolescence, puise dans l'histoire quand le niveau des mers était inférieur de cent mètres

il met en scène une galerie complète de personnages, la haine de l'un, les ambitions de quelques autres, l'amour possible... bref, tous les ingré­dients d'un roman qui tient en haleine son lecteur sans que celui-ci puisse être jamais surpris sauf à n'avoir jamais parcouru un texte de ce genre. Il peut pourtant être déçu par un final trop facile.

C'est un point de vue personnel que vous pourrez ne pas partager quand vous aurez lu ce roman plutôt bien construit à part ça. Tentant de se laisser prendre au jeu d'énigmes bien réelles et qui ont excitées beaucoup d'imagination avant celle de James Rollins.

 

En plus Jack a un chien qui s'appelle Elvis !

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages