Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 août 2016 7 14 /08 /août /2016 07:40

David Gemmell – Milady – 2002 – traduit par Karim Chergui

 

Jadis plusieurs peuples cohabitaient sur Terre. De ceux-là ne subsistent que les humains. Les Oltors étaient amicaux, confiants, incapable de vouloir du mal à quiconque et plutôt prompts à aider autrui. Ainsi découvrirent-ils dans une autre dimension les Daroths, ceux-ci connaissaient de grandes difficultés sur leur planète, pour l'avoir exploitée à outrance. Qu'importe, les Oltors leur ouvre un chemin vers leur monde et leur en octroi une parcelle. Jusqu'à ce que les Darots, qui se reproduisent bien qu'étant quasi immortels demandent une place plus importante. En fait ils l'exigent, et ce n'est que le début puisqu'il avouent qu'ils vont tout prendre.

Eux sont belliqueux, les autres peuples sont là pour les servir, de nourriture pour les jeunes, de victimes pour les autres.

Au moins c'est clair.

Les Oltors pour se défendre, puisqu'ils ne peuvent tuer, emprisonnent les Daroths dans une perle. Ainsi ils ne pourront plus nuire.

C'était sans compter avec le duc Sirano dont la soif de pouvoir le pousse à explorer la magie jusqu'en des profondeurs qu'il aurait dû laisser hors de sa portée. Il entend parler de la perle, la suppose détentrice d'une puissance hors du commun, ce qui n'est pas faux sans qu'elle fut en rapport avec ce qu'il attend. Il est prêt à tout pour en pénétrer le secret, à prendre la vie de sa favorite, à causer crimes et catastrophes, jusqu'à ce qu'enfin il parvienne à son but.

Ainsi les Darots sont-ils libérés de leur prison, prêt à arpenter la Terre pour assumer ce qu'ils voient comme leur destin : tuer tous les autres êtres vivants pour s'en nourrir !

Pour donner une idée de ces créatures, elles sont humanoïdes avec des caractéristiques particulières. Leur taille dépasse largement celle des humains, leur force est en proportion et leur peau, blanche comme des os, est si dure que lances et flèches rebondissent dessus, de plus, s'ils sont malgré tout tués, ils peuvent renaître dans des espèces d’œufs contenant leur essence.

Autre avantage, la télépathie. Bref, ce sont des adversaires difficiles et les affronter n'est pas le meilleur moyen d'atteindre une retraite bien méritée.

Principaux protagonistes de ce roman : Duvodas, guérisseur, dernier dépositaire, bien qu'humain, du savoir des Eldarins, dont le jeu de harpe apporte bonheur et soin à qui l'entend ; Karis, guerrière émérite, stratège surdouée, collectionneuses d'amants pour autant qu'elle ne soit pas amoureuse de ceux-ci.

Dernier(s) héros, Tarentio, combattant pour qui le paye. Il vit en symbiose avec Dace, tuer féroce qui est son alter ego, le plus féroce guerrier ''humain'' vivant.

Vous avez dit schizophrénie ? Mais l'esprit doit se dédouble s'il veut survivre.

Les Daroths menacent tout le monde, les combattre est périlleux, les vaincre semble impossible. Heureusement dans ces mondes où la magie est au coin de la rue et l'héroïsme toujours possible les miracles arrivent, dans le dernier chapitre.

La douceur peut cacher une rage meurtrière ravageuse, heureusement, la rédemption est permise. Du moins en littérature, dans la réalité j'en suis moins sûr.

 

C'était le premier roman de David Gemmell que je lisais, de l'héroic fantasy digne de ce nom, violence et magie, sexe et destructions. Le danger attend au détour de chaque page, avec, parfois, l'impression que l'amour existe.

Quelques heures de dépaysement, une écriture rapide, des rebondissements donnant envie de tourner la page. Pas de prise de tête et, à la fin, l'envie de retrouver l'univers de cet auteur. Il nous a quitté il y aura dix ans l'an prochain, son œuvre lui survit, elle le mérite.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages