Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 août 2016 1 08 /08 /août /2016 07:59

Sakurako-san no Ashimoto ni wa Shitai ga Umatteiru  櫻子さんの足下には死体が埋まっている – Katou Makoto – 2015 – 12 eps

Shōtarō Tatewaki est lycéen, il est né, dit-il, dans une ville où le temps a cessé d'exister. Le cours du temps est droit et inflexible, tel un fémur. Un matin alors qu'il est en route pour son lycée il croise un chat mort sur le chemin. Il demande du journal, un sac en plastique et du carton. Il sait que la mort intrigue les gens, c'est normal, jusqu'à il y a peu il était dans le même cas, mais il a rencontré cette femme...

Avec des copains, et le prof de sciences il enterre le petit chat sous un cerisier, ceux-ci sont justement en fleurs. L'occasion de faire la connaissance de Kougami Yuriko, laquelle lui ''tape dans l’œil''.

La ville stagne mais il l'aime ainsi ! Après le lycée il se rend chez

Sakurako Kujō, laquelle le reçoit en l'appelant ''jeune homme'' ce qui a le dont d'irriter Shotaro qui préférerait qu'elle l'appelât par son nom. Il la considère comme une princesse, mais une princesse qui aime les ossements. Il lui raconte l’histoire du chat.

Sakurako est jeune, belle, (très) intelligente, elle n'est pas intéressée par les relations humains, non, ce qui l'intéresse, depuis son plus jeune âge, ce sont les os. Au point qu'elle en est devenue une experte reconnue et vit entourée de squelettes d'animaux qu'elle reconstitua elle-même, et autres cranes.

Leur relation, il le reconnaît, n'a rien de romantique, ce n'est pas non plus de l'amitié, Sakurako est fiancée à Ariwara, membre de la police préfectorale.

Ce jour là ils vont vers l'océan pour tenter de déterrer quelques ossements. Elle lui suggère de la surprendre avec une trouvaille digne de ce nom, en échange de quoi elle l’emmènera manger des crevettes sucrées. Miam !!! le jeune homme est très motivé. Après quelques découvertes mineures il finit par trouver un crane humain. Voilà qui intéresse Sakurako, surtout l'os sphénoïde qui ressemble à un papillon. Encore plus fascinant, le trou indiquant un choc violent qui pourrait signifier un meurtre. Elle a très envie de rajouter cette pièce à sa collection, d'autant que si meurtre il y eut retrouver l'assassin sera impossible, le crâne devrait avoir une centaine d'années. Néanmoins il faut suivre la procédure et le jeune homme appelle la police. En route pour le commissariat ils sont informés de la découverte de deux corps, double suicide semble-t-il, eux aussi retrouvés sur la place. Passant devant Sakurako fait arrêter la voiture, se précipite pour aller observer les corps, sûre que les policiers se sont plantés lamentablement.

Ce qu'elle démontera rapidement !

''Résolvons maintenant ce mystère'' dit-elle, phrase magique qui exacerbe ses capacités et lui permet de comprendre ce qui est arrivé, ce qui ne fut pas le cas d'un détective ignorant qui aurait confondu un double meurtre avec des suicides. N'est-elle pas l'oncle d'un grand médecin légiste qui fut d'une grande aide pour la police et lui apprit ce qu'il savait ?

La preuve est apportée qu'elle avait raison.

Charge aux policiers de retrouver le, ou les, criminels.

Shōtarō n'aura pas eu ses crevette sucrée, en revanche, rentrant chez elle il découvre un véritable festin composée par la tante de Sakurako.

C'est aussi bien !

Beautiful Bones: Sakurako's Investigation
Beautiful Bones: Sakurako's Investigation

Curieux duo que celui-ci, différences d'âge, de milieu social et de caractère, mais complémentaire. quand il est réuni il trouve toujours des squelettes, des mystères, des raisons d'enquêter. Sakurako est belle, intelligente, marquée par un drame survenu quelques années plus tôt. Au moment de la rédaction de cet article je n'ai vu que les 6 premiers épisodes. Réalisation maîtrisée, graphismes impeccables donnant une grande profondeur à chaque scène et animation fluide, personnages intéressants, et pas seulement les deux principaux, loin du gore ou de l'horreur de certaines séries. Il ne s'agit pas à chaque fois de la découverte d'un tas d'os suivi d'une enquête rapidement résolue par nos amis, les histoires sont différentes et pas toujours dramatiques. Autre qualité, la présence d'un samoyède nommé Hector.

Peut-être penserez-vous qu'il y a des points commun avec la séries étasunienne Bones, certes, mais ils se limitent au goût pour les os de chaque héroïne. Bref, un début qui m'a donné envie de faire mieux connaissance avec madame Sakurako à qui je confierai volontiers la charge de reconstituer mon squelette le moment venu.

Mais ça ne presse pas.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu Animation Japon
commenter cet article

commentaires

Herr Basha 08/08/2016 21:21

Série correcte qui mériterait bien une deuxième saison.

Lee Rony 10/08/2016 15:53

C'est bien mon avis, il y a de quoi creuser dans cette série...

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages