Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 août 2016 3 03 /08 /août /2016 07:00

Clint Eastwood – 2014 – 134'

Chris Kyle revendique 255 tirs mortels durant la guerre en

Irak, l'armée US en reconnaît 160. Il était devenu la cible

prioritaire des opposants. Mais tuer dans le feu de le feu de

l'action est une chose, vivre avec ces actions par la suite en est

une autre et le retour auprès de sa femme, Taya, et de ses

enfants, est difficile.

Son enfance fut stricte, c'est un euphémisme, sous la

férule intransigeante et primaire d'un père divisant l'humanité

en trois catégories : les loups, les brebis et les chiens de berger.

Il explique à son fils que lui se doit d'entrer dans cette dernière

catégorie.

Après quelques interrogations sur son devenir et essais de divers métiers il choisit l'armée et intègre le groupe des tireurs d'élites.

Très vite il va montrer des qualités hors du commun, sur des cibles, en attendant de se retrouver sur le terrain. En attendant il va rencontrer Taya pour l'épouser.

Bref, il mène une vie normale.

Cela va changer quand il sera en Irak. Pour sa première mission

il protège un convoi et dans son viseur aperçoit une femme et un

enfant, la première passe une grenade au second. Chris doit agir

vite, d'abord descendre la femme, puis viser le gosse. Il hésite,

la grenade est-elle active ?

Kyle fera 4 séjours en Irak au cours desquels son efficacité ne se démentira pas, néanmoins chaque retour le verra affronter des difficultés de plus en plus grande, pris entre son devoir, son envie de protéger les siens, d'être un bon ''chien de berger'' et ce qu'il doit faire pour cela. Non qu'il le regrette, au contraire, il voudrait faire mieux, faire plus, ne jamais arriver trop tard. Il garde pourtant le contact avec sa famille, parle avec sa femme alors qu'il est posté sur un toit, observant, jugeant de ce qui se passe, prêt à faire feu sitôt qu'il le pensera justifié. La technologie lui permet d'être à deux endroits à la fois et, sans doute, d'être réellement ni dans l'un ni dans l'autre. Couplé au fait qu'il voit ses adversaires au travers d'une lunette, il y a quelque chose de désincarné dans ses actions avec parfois une vraie difficulté à s'intégrer au monde autour de lui, hors le verre de son viseur.

Apologie du meurtre ''justifié'', de la guerre, de la mort ? Ce film peut aussi être vu comme cela au travers d'un destin si particulier. Glorification du drapeau, américanisme primaire et incapacité à s'interroger sur la valadité d'une mission, de remettre en cause les ordres donnés. Mais n'est-ce pas le rôle d'un militaire ?

Kyle est-il un tueur qui a trouvé le moyen de s'exprimer ? Un homme programmé par son père pour être un ''protecteur'' sans pitié pour ceux qui peuvent se voir dans un rôle identique.

 

Une guerre n'est jamais propre, elle détruit et corrompt ceux qui la font plus que ceux qui en profitent, malheureusement.

 

J'avoue avoir eu un sentiment contradictoire après ce film et mis du temps avant de rédiger cet article. Peut-être parce que ce ''tueur'' est aussi réel que banal. L'Histoire nous a souvent montré que n'importe qui, ou presque, était capable de n'importe quoi pour peu qu'il puisse en faire porter la responsabilité à d'autres.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu Cinéma
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages