Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mars 2016 5 25 /03 /mars /2016 09:00

Les Cahiers de Science & Vie 152

Sophie Crépon

 

Nombre de thérapies pratiquées au milieu du XVIIIe semblent aujourd'hui irrationnelles et indignes du siècle des Lumières. Ainsi l'électrothérapie exploitant l'électrostatique. En 1747 le médecin suisse jean Jallabert démontre qu'un membre paralysé peut être mu par l'électricité. Ne serait-ce pas le moyen de remédier à toutes sortes de maux, des névralgies à la cécité, en passant par l'insensibilité cutanée ? Certains ''physiciens électrisants'' vont jusqu'à prétendre faire revenir les menstruations chez les femmes ! N'importe qui peut prétendre n'importe quoi ! La réglementation est quasi absente de l'exercice de la médecine, lacune comblée avec jean-Nicolas Corvisart. Jusqu'à l'invention de la pile par Volta en 1800, le corps médical sera scindé en deux camps, les sceptiques s'opposant l'électrothérapie, et les empiristes, prêt à toutes les expérimentations sans préjuger des résultats.

Une partie du corps médical, héritière de la pensée rationaliste développée au XVIIe va tenter de dépasser ses propres systèmes de références pour mettre au point, par l'analyse et l'application, de nouvelles thérapeutiques et construire une connaissance scientifique de l'homme sain et malade. L'étiologie sera au cœur de leur interrogations et le débat sera vif de savoir si les pathologies sont physiques ou moral. On constate une vraie difficulté des médecins à édifier des explications complexes de la pathologie et de la thérapeutique.

Pourquoi les médecins ne parvenaient-ils pas à exploiter les connaissances acquises par l'expérimentation ? Gilles Barroux avance deux explications : ''Au XVIIIe, les médecins restent des hommes de lettres, ils empruntent encore la plupart de leurs concepts à la philosophie, même si, de plus en pus, on va s'inspirer des découvertes en chimie pour la composition des remèdes, ou récupérer les méthodes de la botanique pour élaborer une classification des maladies. Par ailleurs, la médecine expérimentale n'obéit pas encore à des protocoles maîtrisés en amont, ce qui gêne l'élaboration de liens cohérents et systématiques entre découvertes et pratiques.

Sur le long cheminement vers plus de rationalité en médecine quelques médecins du siècle des Lumières, tels Bichat, Corvisart ou Baudelocque, vont s'illustrer, il faudra attendra le XIXe et Claude Bernard pour franchir une nouvelle étape.

François-Xavier Bichat (1771-1802) révolutionné le regard porté sur l'anatomie et la physiologie cellulaire, il inventa la notion de tissu et avança l'idée qu'il en existe de natures différentes. Il affirma également que le corps fonctionne comme un tout, pointant l'influence que les organes exercent les uns sur les autres. Il fut le premier à théoriser les différentes fonctions de la vie organique : digestion, respiration...

 

 

 

Jean-louis Baudelocque (1745-1810) fit de l'obstétrique une discipline scientifique. Créateur de la maternité et de l'école de sages-femmes de Port-Royal il popularisa l'utilisation des forceps, encouragea la pratique de la césarienne et montra les relations entre infection et stérilité après l'accouchement.

 

 

 

 

 

Jean-Nicolas Corvisart (1755-1821) suivi par René Laennec (1781-1826) développa une observation et une description rigoureuse des symptômes, ouvrant la voie à la médecine et à la recherche clinique. Il a réformé l'exercice de la médecine et de la pharmacie. Après lui il ne fut plus possible de se prétendre médecin sans diplôme ou de vendre des médicaments sans contrôle.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu Science
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages