Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mars 2016 7 06 /03 /mars /2016 08:38

Robert Z. Leonard & Bubsy Berkeley – 1941 - 132'  Résultat de recherche d'images pour "ziegfeld follies film"

Florenz Ziegfield est une figure du spectacle de la Belle-Époque aux états-unis. Les ziegfield folies y furent l'équivalent de nos Folies-Bergères. Jusqu'à la crise de 1929 qui vit leur disparition. Leur géniteur lui-même disparut en 1932. 3 films se succédèrent qui mirent sa vie, ou son œuvre, en scène. Si le premier ''The Great Ziegfield'' était une biographie, le suivant, celui-ci donc, est plus une illustration de ses spectacles.

 

Trois danseuses nous sont ainsi présentées, trois destins différents. Trois jeunes femmes engagées le même jour dans la troupe. Susan Gallagher d'abord, incarnée par Judy Garland. Ambitieuse et travailleuse elle finira par devenir la vedette du show, et en profitera pour faire engager son père ; Sandra Kolter, Hedy Lamarr, est moins motivée mais il lui faut faire vivre sa famille, son époux a beau être un prodige du violon il ne parvient pas à s'imposer. Sheila Regan, Lana Turner, pour sa part se laisse emporter par le succès jusque dans les excès qui causeront sa perte.

Une rousse au grand cœur, qui réussit sans être prête à tout pour cela, la brune préférera la famille au succès, quand à la blonde, elle montrera que le succès n'est pas une fin, y toucher est le plus facile, le garder demande volonté et abnégation, qualité qui lui manquent. Dans sa chute elle entrainera Gil Young, dommage pour James Stewart.

La danseuse des folies Ziegfield est plus un film sur la danse qu'une comédie musicale du genre de Chantons sous la pluie où chaque instant de la vie est prétexte à un numéro. Il y gagne en réalisme mais y perd, beaucoup, en magie, sans oublier la longueur du film, excessive. Chaque acteur tient sa place sans se forcer, chaque rôle ayant été écrit sur mesure en fonction de ce qu'il représentait dans l'imaginaire populaire du moment.

C'est justement la distribution qui fait la valeur de ce film, triptyque de comportement différents, de qualités opposées, qui voit la mauvaise fille punie, mais capable de trouver la rédemption au dernier moment, la gentille réussi par ses propres mérites et en suivant les conseils de son père, et l'autre... trouver ailleurs sa place. N'oublions pas que ce film fut tourné en 1941, la guerre approche, il est bon de souligner les ''vraies'' qualités. Dans la réalité nous savons que celles-ci ne mènent pas toujours au succès.

Heureusement chaque télécommande dispose d'une touche ''avance rapide'' !

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu Cinéma
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages