Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 janvier 2016 5 22 /01 /janvier /2016 09:00

Science & Vie – HS270 – Mars 2015

                                        Primates

 

Six espèces représentent les grands singes : les chimpanzés, les bonobos, les gorilles de l'Est et de l'Ouest, les orangs-outans de Bornéo et de Sumatra.

Pourtant la famille des primates compte de nombreux autres membres, à commencer par les gibbons qui sont comme nous des hominoïdes. Au-delà les primates se divisent en deux grands groupes : les simiens, dont nous faisons partie avec 200 autres espèces, et les prosimiens, regroupant une centaine de lémuriens et de loriformes. Les premiers vivent seulement sur l’île de Madagascar, et sont arboricoles. Anthropoïdes ils ont des doigts opposables aux mains et aux pieds. Les loriformes sont de petits primates nocturnes dotés d'une truffe (rhinarium) et d'une griffe en guise d'ongle aux deuxièmes doigts. Ils vivent en Asie ou en Afrique.

Les gibbons vivent de l'Inde à l'Indonésie, pays où ils sont en danger d'extinction avec les siamangs ils composent la famille des hylobatidés. Avec les grands singes, et les sapiens, ils forment la superfamille des hominoïdes.

Les simiens contiennent, outre les hominoïdes, les cercopithécidès, les platyrrhiniens et les tarsiers.

 

Notre patrimoine génétique est identique à celui du chimpanzé à hauteur de 98,79 %, avec celui du gorille, à 98,47 %, et à celui de l'orang-outan à 96,96 %. L'homme partage aussi 35 % de son génome avec la jonquille.

La génétique confirme ce que la morphologie laissait supposer : l'homme, le chimpanzé, le bonobo, le gorille, l'orang-outan et même le gibbon sont si proches que les phylogénistes les classent dans la même superfamille des primates sans queue : les hominoïdes. Eux même scindés en trois familles : les hylobatidés (gibbons), les pongidés (orangs-outans)et les hominidés. Ces derniers étant à leur tour subdivisé en trois sous-famille : les homininés (homme), les paninés (chimpanzés et bonobos)et les gorillinés (gorilles).

 

Contrairement à une idée reçue, l'homme ne descend pas du singe. Le chimpanzé est le fruit d'une évolution aussi longue que la nôtre. Pour conserver les liens familiaux nous pouvons dire que le chimpanzé est notre frère, le gorille, notre cousin germain à tous les deux alors que l'orang-outan serait un cousin au second degré, propose Véronique Barriel, phylogénéticienne au Muséum national d'histoire naturelle. Reste la question du père de l'homme et du chimpanzé, du grand-père de l'homme, du chimpanzé et du gorille. Et à quelles époques sont apparues ces différentes espèces ? Le génome ne se transmet pas à l'identique, il subit des mutations qui sont, par ailleurs, le moteur de l'évolution, à un rythme constant. Le nombre de mutations séparant deux individus vivants est donc proportionnel au nombre de générations les séparant de leur ancêtre commun. C'est ''l'horloge moléculaire''. L'homme et le chimpanzé auraient divergé il y a environ 7 millions d'années. L'homme et le gorille il y a entre 8 et 10 millions d'années, l'homme et l'orang-outan entre 10 et 15 millions d'années.

Quels étaient les ancêtres de ces parents après qu'ils se fussent séparés ? Les indices sont minces et les fossiles montrent qu'entre 22 et 5,5 millions d'années, plus d'une centaine d'espèces d'hominoïdes peuplaient l'Ancien Monde, c'est-à-dire, principalement l'Afrique tropicale mais également l'Europe et l'Asie. Originaires d'Afrique ils auraient conquis l'Eurasie autour de -15 millions d'années, époque de la naissance du rameau dont descend l'orang-outan.

S'il existe nombre de fossiles trouvés en Asie, en Afrique il n'en va pas de même. Les paléontologues sont face à un trou noir entre 7 et 13 millions d'années, l'époque où sont apparus les ancêtres directs des gorilles et des chimpanzés. Première cause de cette absence, le manque de crédits, chercher l'ancêtre de l'homme, oui, l'ancêtre des singes est moins vendeur.

Un point fait l’unanimité chez les découvreurs de fossiles : il faut chercher ailleurs que dans la vallée du Rift. Des pistes sont possibles dans de nombreux pays africains. Demain, à la faveur de nouvelles découvertes, notre longue histoire de famille pourrait être moins parcellaire qu'elle l'est aujourd'hui.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu Science
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages