Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 janvier 2016 7 17 /01 /janvier /2016 09:00

Olympia – Leni Riefenstahl – 1938 – 201 à 220'

Déjà réalisatrice du documentaire Le Triomphe de la volonté (1935), Leni Riefenstahl est l’œil regardant les jeux olympiques de Berlin. Hitler appréciant le travail et l'esthétique de cette cinéaste lui demanda de réaliser un film sur ces Jeux. Riefenstahl exige les moyens nécessaires pour réaliser une œuvre personnelle à la hauteur de sa vision.

Hitler les lui accorde, lui permettant de trouver des angles inédits, de travailler sur les ralentis et d'expérimenter des caméras en mouvement. L'équipe du film comprend plus de 300 personnes dont 40 cameramen. Ces derniers travaillent plusieurs mois avant les débuts des compétitions afin de mettre au point des techniques inédites, comme la caméra catapulte pour les épreuves de saut, ou la mise en place de rails de travelling le long des pistes d'athlétisme. Le budget du film est de 1,8 million de Reichsmarks, entièrement couvert par le régime nazi.

 

« Si vous êtes un idéaliste, vous y verrez de l'idéalisme ; si vous êtes un classique, vous verrez dans ses films une ode au classicisme ; si vous êtes un nazi, vous y verrez du nazisme. »

— Jonas Mekas, 1974

La première partie s'intitule Fête des peuples (Fest der Völker), la seconde, Fête de la beauté (Fest der Schönheit). Le montage prit quinze mois et ne conserva qu'un dixième des mages prises au cours des deux semaines de compétitions. Riefenstahl met en valeur les athlètes usant de la technique de la contre-plongée qui les met en valeur, mettant ses caméras en mouvements, établissant par là-même les bases de la réalisation moderne d'images de sports.

Les Jeux terminés Riefenstahl demanda à quelques compétiteurs de refaire les gestes accomplis lors de la compétition, ainsi put-elle filmer avec des angles de prise de vue impossible à saisir lors des épreuves. Raison pour laquelle certaines séquences semblent se passer dans un stade vide.

Le film sorti en langue allemande, anglaise et française avec quelques différences de traduction. Riefenstahl retoucha son film plusieurs fois après sa sortie, de sorte que différentes versions existent. Il fut présenté le 20 avril 1938, jour de l'anniversaire du Führer. Goebbels, impressionné, ajouta une prime de 100 000 Reichsmarks au salaire de Leni qui s'élevait à 250 000 RMS.

Le film reçoit le Deutschen Filmpreis, le prix suédois Polar-Preis, une médaille d'Or olympique du CIO en 1938, un diplôme olympique en 1948 au Festival de Lausanne, une coupe Mussolini lors du festival de Venise alors que le jury hésitait entre Olympia et Autant en emporte le vent. L'année suivante suite aux actions du régime nazi, Hollywood boycotte les films de Leni Riefenstahl.

Il faudra attendre les années soixante pour que le travail de Riefenstahl soit considéré comme œuvre cinématographique et plus seulement comme un travail de propagande au service de Troisième Reich.

Riefenstahl dans ses mémoire précisa : ''J'ai tourné Olympia comme la célébration de tous les athlètes et le rejet de la théorie de la supériorité de la race aryenne''.

Jesse Owens est présent dans le film, comme l'ensemble des vainqueurs, et même des échecs de la sélection allemande, même si la réalisation se détache des individus pour montrer une vision idéalisée de l'Homme en tant qu'exemple et non comme individu appartenant à tel ou tel groupe.

À titre d'anecdote l'hymne le plus entendu est celui des états-unis, pas celui de l’Allemagne.

En 2005, Time.com classe ce film parmi les 100 meilleurs films de tous les temps.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu Cinéma
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages