Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 janvier 2016 1 04 /01 /janvier /2016 09:00

La Recherche N 498 – Avril 2015

           Intelligence artificielle et réseaux sociaux

          Herbé Cabibbo – Gautier Cariou – Anne Debroise

Dans sa présentation Sophie Coisne, rédactrice en chef, pose cette question : Faut-il avoir peur de l'intelligence artificielle (IA) ? Asimov et Philip K. Dick répondent oui, mais Stephen Hawking aussi qui dans un article du Huffington Post : Trop peu de recherches sont menées sur les risques de l'IA. Son impact dépend de celui qui la contrôle, à long terme il dépendra du fait qu'on puisse la contrôler tout court. Une autre publication signées par des centaines de scientifiques, universitaires ou ingénieurs dans de grandes entreprises du domaine présentera une liste de recherches à conduire pour minimiser les risques liés à l'IA.

Raison de plus pour faire le point sur une réalité dont les effets et conséquences seront sûrement différents de ceux que l'on attend ou redoute.

Pour le meilleur ou pour le pire, ça... Question de point de vue !

 

Quelle meilleure incarnation d'un réseau social que Facebook ? D'ici à 2020 il s’enrichira de fonctions conçues à l'aide de l'apprentissage profond expérimenté dans son laboratoire d'intelligence artificielle.

Le système Xray, capable de reconnaître un millier de catégories d'images va encore s'améliorer. Le laboratoire FAIR développe un langage naturel par la compréhension sémantique qui permettra de poser une question verbalement à Facebook pour obtenir une réponse sur le même mode. La machine sera capable de trouver dans sa mémoire les informations pertinentes et d'effectuer de réelles déductions, de détection l'ironie ou le sarcasme. L'outil de traduction sera enfin performant grâce à une technologie d'apprentissage profond dite de ''réseaux de neurones récurrents'' permettant de traduire non seulement un texte mais un dialogue, sur le web mais aussi par les smartphones sur lesquels F. s'implante chaque jour davantage.

 

Histoire de vous accompagner à chaque instant tel un ange gardien omniprésent chaque membre de F. bénéficiera (?) d'un assistant numérique ayant pour mission de le surveiller, le protéger et le conseiller. Celui-ci apprendra à connaître son protégé grâce au principe de l'apprentissage profond (deep learning). Il sera en mesure de retenir la nature de vos discussions avec vos contacts et d'en effecteur l'analyse comportement précise, ainsi sera-t-il en mesure d'identifier tout piratage de compte et usurpation d'identité pour désactiver le compte. Cet assistant pourra faire office de garde-fou contre soi-même, pour éviter les publications malheureuses ou précipitées, murmurant à son protégé ''tu pourrais regretter ce que tu es en train de faire'' !

L'apprentissage profond est la discipline émergente qui va bouleverser les réseaux sociaux, c'est le nouveau pari, non seulement de F. mais aussi de Google et Baidu. Ces géants du net y investissent des milliards de dollars et embauchent les meilleures chercheurs. La recherche dans ce domaine débuta à la fin des années 1980, elle tombe en désuétude à la fin de la décennie suivante, la puissance de calcul des ordinateurs étant trop faible pour améliorer les performances nécessaires. Une décennies encore et cette puissance deviendra suffisante pour que l'apprentissage profond remporte l'adhésion de la plupart des spécialistes de la reconnaissance visuelle. Ce succès s'appuie sur l'utilisation des ''réseaux de neurones convolutifs'', une classe d'algorithmes imaginée par Yann Lecun. Ces réseaux s'inspirent de l'organisation des cellules du cerveau, en particulier le cortex visuel. Quand l’œil regarde, une image s'imprime sur la rétine, des impulsions électriques sont transmises vers le cerveau qui traite cette information. Des millions de neurones interconnectés échangent des messages et travaillent de concert pour identifier le contenu de la scène. Ces ''neurones artificiels'' sont des entités informatiques qui copient l'action de leur analogue biologique. ''Ce sont des blocs de code informatique exécutant des calculs élémentaires'' explique Yoshua Bengio. Ils sont organisés en couches successives, chacun est doté de plusieurs entrées et d'une sortie par lesquelles transite l'information. Le lien entre deux neurones de couches successives est défini par un ''poids synaptique'', nombre quantifiant la force du lien justifiant qu'il soit augmenté ou réduit.

Avec cette technologie, F. compte améliorer l'analyse des goûts des utilisateurs en identifiant le contenu des images et des vidéos posées ou ''liké''.

Après la reconnaissance des photos, l'apprentissage profond s'attaque à la compréhension du langage naturel avec des applications concrètes, telles l'analyse des sentiments dans les textes, la traduction instantanée ou les boîtes de dialogue de l'homme à la machine. Tâches que les algorithmes actuels sont incapables d'accomplir.

En 2000 Yoshua Bengio démontra que les machines peuvent apprendre par elles-mêmes le langage naturel grâce à des algorithmes d’apprentissage profond usant de réseaux de neurones ''récurrents''. Avec ceux-ci un ordinateur comprend mieux le sens des mots et les liens qui les unissent. Pour chaque mot repéré l'algorithme génère un ensemble de nombres, des attributs sémantiques. Ce vecteur est construit afin que les mots de signification proche ou localisé dans des contextes voisins possèdent des attributs sémantiques en commun. Sont définis ensuite des vecteurs résumant des séquences puis des phrases complètes.

Ce principe de représentation des mots par des vecteurs permet aux ordinateurs d'appréhender le langage en raisonnant par analogie. Technologie prometteuse pour la traduction utilisant deux réseaux de neurones entraînés avec des centaines de millions de phrases traduites au préalable. L'un des objectifs de l'apprentissage profond est de permettre de dialoguer avec son ordinateur en langage naturel. Un algorithme spécifique a été doté d'une mémoire à court terme séparé du réseau neuronal qui le rend capable d'analyser de longues séquences de mots. La machine pourra donc répondre juste, sur le fond comme sur la forme.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu Science
commenter cet article

commentaires

chenzen, le seul 04/01/2016 19:33

Bonjour Lee, meilleurs voeux pour cette nouvelle année.

Avant d'intégrer de l'Intelligence Artificielle aux machines, les chercheurs devraient plutôt s'occuper de produire de l'intelligence naturelle chez bon nombre d'humains. C'est peut-être trop compliqué ?

L'aspect flippant du robot à la Facebook fait froid dans le dos, car jusqu'où terminator pourra estimera "bon" ou "mauvais" nos choix d'humains ? Et quelles en seront les conséquences ? De là à ce que le T 1000 coupe ton pc, coupe l'électricité chez toi, ou liquide ton compte bancaire "à titre préventif" il n'y a qu'un pas de fourmi. Le propre de l'Homme est de penser, et celui de la machine d'obéir, pourquoi les docteurs Mabuse souhaitent-ils absolument inverser les rôles ? Je crains pour le devenir de cet avenir.

Lee Rony 07/01/2016 13:48

Et si, à l'inverse, le T 1000 ne nous laissait tout ça que pour que nous nous en satisfaisions ?
Le propre de l'Homme ? mais qu'en est-il du sale ? à moins que ce ne soit la vérité qu'il cache, se parant de qualités qu'il ne mérite pas et qu'il n'a collé sur lui que pour tenter d'atteindre le soleil !

Puisque nous savons quel fut le sort d'Icare nous ne serons pas surpris de la chute finale.

chenzen, le seul 04/01/2016 19:32

Bonjour Lee, meilleurs voeux pour cette nouvelle année.

Avant d'intégrer de l'Intelligence Artificielle aux machines, les chercheurs devraient plutôt s'occuper de produire de l'intelligence naturelle chez bon nombre d'humains. C'est peut-être trop compliqué ?

L'aspect flippant du robot à la Facebook fait froid dans le dos, car jusqu'où terminator pourra estimera "bon" ou "mauvais" nos choix d'humains ? Et quelles en seront les conséquences ? De là à ce que le T 1000 coupe ton pc, coupe l'électricité chez toi, ou liquide ton compte bancaire "à titre préventif" il n'y a qu'un pas de fourmi. Le propre de l'Homme est de penser, et celui de la machine d'obéir, pourquoi les docteurs Mabuse souhaitent-ils absolument inverser les rôles ? Je crains pour le devenir de cet avenir.

Lee Rony 07/01/2016 13:51

Trop compliqué ou impossible ? L'intelligence humaine, bel exemple d'occis-mort. L'organique n'est qu'une larve qui aura, peut être, l'opportunité d'évoluer pour atteindre un stade que nous ne pouvons même pas imaginer.

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages