Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 décembre 2015 6 19 /12 /décembre /2015 09:09

Pourquoi se faire des amis est-il si difficile ? C'est la question que me posent mes parents, presque chaque jour, comment leur dire que c'est parce que je n'en veux pas, pas eux, pas ceux que je connais, ni même d'autres, qu'ai-je à faire d'eux, de leurs jeux, ambitions et intérêts ? Pourtant je fais comme si, je fais semblant, je copie les autres, parce que je sais devoir le faire, que leur ressembler me protège sans que je sache le comment, ni le pourquoi.

Instinct ? Intelligence ? La vanité me pousserait à choisir la seconde, la lucidité me murmure que le premier est prépondérant, jamais je n'ai réfléchi, avant, je ne fais que tenter de comprendre, après.

Je préfère rester seul, me promener dans une nature heureusement aisément accessible de chez moi, quelques minutes de marches et je laisse derrière moi une ville, une impression, un costume de mensonges qui m'enferme.

Je n'ai pas besoin d'aller trop loin, seulement sortir des sentiers balisés, certain que je ne pourrai pas me perdre, et puis, le cas échéant, quelle importance. J'avance en imaginant où je me trouve plus qu'en le regardant, le décor n'est pas plus que cela, le support de mon imagination, ici comme ailleurs, ailleurs comme partout. De là à m'interroger sur ma place, sur ce que je fais là, sur ce que je suis, réellement, derrière celui que je montre, exhibe comme un monstre de foire autant que comme un masque.

En me promenant ainsi j'ai trouvé cet endroit, comme une entaille dans la montagne. Oui, je sais, je fais dans le littéraire, mais les mots me nourrissent et me permettent de m'exprimer en ayant l’illusion que celui dont je parle ne m'est pas totalement étranger. Une espèce de lac obscur devant lequel je me suis arrêté, attendant presque qu'une main en jaillisse... mais non, il n'y avait qu'une surface lisse et fascinante, un miroir devant lequel je me suis arrêté.

La première fois je suis resté des heures ainsi, oiseau immobile face au serpent qui va le dévorer, avec l'impression d'être l'un, d'être l'autre, d'être à la fois proie et prédateur.

J'ai mis du temps à comprendre ce que je faisais là, ce que cet endroit pouvait m'apporter, du temps à trouver notre ressemblance et combien cette obscurité pouvait faire miroir à la mienne.

Imagination d'ado qui se cherche et ''fait'' dans le littéraire pour se sentir, sinon vivant, du moins, quelque chose ? D'être seul, avec des difficultés de communication, euphémisme, devait me mener vers un semblant de partenaire. Faute de quelqu'un c'est quelque chose qui en tienne lieu. Une réflexion que je peux faire maintenant, du reste c'est pour cela que j'ai pris, non pas la plume comme nos ancêtre, mais le clavier, pour jeter un regard en arrière, l'écran faisant office de rétroviseur, avant de regarder devant moi.

Les après-midi passé à cet endroit m'aidèrent à supporter le reste du temps, à maîtriser mon comportement, à passer un cap impératif pour m'intégrer dans la société. Du moins pour paraître le faire ! Un dialogue fructueux pour qu'ici s'exprime celui que j'étais alors qu'en dehors ne pouvait exister, à cette époque, que celui que je devais être.

Au fil des années je vins de moins en moins souvent, ce n'était plus vraiment utile puisque penser suffisait mais que j'avais surmonté l'envie de m'enfoncer dans l'imaginaire comme en des sables mouvants.

J'y suis revenu plus tard. Une visite à un vieil ami, le seul de mon enfance, le seul qui ne pouvait me trahir, sinon par ma faute, le seul à qui je pouvais confier... plus que des mots et des impressions !

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Nouvelles
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages