Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 08:48

Les Cahiers de Science & Vie No 150 – Janvier 2015

Femmes savantes

 

Deux femmes dominent le cycle arthurien, Morgane et Viviane. La première est maléfique, experte en remèdes mais aussi en poison, Viviane est une enchanteresse qui voit l'avenir dans les astres et attise les passions dans le cœur des hommes. Elles sont aussi, et surtout, l'incarnation du rôle des femmes dans l'histoire des science et du peu d'entre elles qui passèrent à la postérité.

Dans la préhistoire la division sexuelle du travail implique que la cueillette soit réservée aux femmes. Logique qu'elles aient été les premières botanistes et guérisseuses, aucune trace venue du passé ne permet de les sexualiser pour dire quel savoir ou activité était masculin ou féminin.

L'écriture seule permet de garder traces des noms et des actes. Ainsi en Égypte une stèle de Gizeh révèle que sous l'Ancien Empire, Peseshet dirigeait un corps de femmes médecins et délivrait des diplômes aux sages femmes. En Mésopotamie, une tablette d'argile donne le nom de la première chimiste de l'histoire, Tappouti. En 1200 Av JC elle était à la tête de la fabrique de parfums du palais royal de Babylone.

De la Grèce à Rome l'antiquité conserve le nom de femmes savantes qui effleurèrent la postérité sans l'atteindre. Théano, élève puis femme de Pythagore, Cléopâtre, une homonyme,, qui rédigea un traité sur les maladies des femmes, Marie la Juive, alchimiste à l'école D’Alexandrie et inventa le ''bain-marie''... Les femmes dans l’antiquité sont confinées dans l'univers domestique, Aristote théorise l'infériorité du sexe féminin, à ses yeux elles ont le cerveau trop froid et humide pour raisonner, inutile donc qu'elles apprennent plus que le minimum. Peu d’institutions acceptent les femmes. L'école de Pythagore, celle d’Hippocrate font partie des rares dans ce cas. Les femmes sont souvent limités à la gynécologie, la cosmétique ou l'alchimie, ou doivent, tel Agnodice, se déguiser en homme pour exercer la médecine. Hypatie qui révisa et réédita les Éléments d’Euclide fut lapidée par les premiers chrétiens d'Alexandrie.

Pourtant le christianisme des premiers siècles se distingue par sa tradition d'égalité et ouvre des monastères mixtes et des couvents prestigieux où les femmes peuvent s’instruire et exercer une influence intellectuelle et politique. Comme le dit Hildegarde de Bingen, ''Ce n'est pas la science qui offense Dieu, mais le mauvais usage que certains en font''.

Pourtant l'Église finira par exclure les femmes femmes du savoir, l'université de Paris n'admet que des hommes comme élèves. Plus tard l'Inquisition veillera à ce que le savoir leur restant accessible soit réprimé et déconsidéré. La réforme anglicane d'Henri VIII fermera les couvents, seules Salerne ou Bologne dispensent encore leur enseignements humaniste aux femmes de la noblesse italienne. L'Occident chrétien, aux mains des hommes, se ferme aux femmes. Quand quelques unes se risquent à la recherche scientifique c'est dans l'ombre d'un père ou d'un époux qui s'emparera de leurs travaux. Il faudra attendre le XVIIè pour que, influencé par Descartes et les Lumières, es femmes de l'aristocratie française ou anglaise réclament plus de sciences.

Le retard n'est pas encore rattrappé.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu Science
commenter cet article

commentaires

chenzen, le seul 20/11/2015 00:55

Bonjour Lee.

Merci pour cette étude forte intéressante sur la place des femmes savantes dans l'histoire. Aucune souffrance ne leur a été épargnée ni aucune injure. Ce qui est tout de même curieux, puisqu'elles en subirent ces foudres justement de la part des hommes qui se prétendaient instruits, ouverts d'esprit, et cultivés. A ce niveau l'égalité n'était pas de mise. On peut penser que certains hommes stupides voyaient d'un très mauvais oeil le fait que des femmes soient meilleures et bien meilleures qu'eux. Tous les stratagèmes et subterfuges vicieux étaient alors possibles, jusqu'aux bûchers.
Les femmes ont payé au prix fort le droit à l'instruction, nous leur devons ce respect.

Lee Rony 22/11/2015 21:16

Instruction et intelligence sont des notions parfois séparées. La parité est une ambition louable qui sera sûrement atteinte un jour.

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages