Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 septembre 2017 5 01 /09 /septembre /2017 08:00

Wash Westmoreland & Richard Glatzer – 2014 – 99' D'après le roman de Lisa Genova

Alice Howland a tout pour être heureuse. C'est une linguiste reconnue dans le monde entier et a écrit un livre qui fait référence dans son domaine, elle est également professeur dans une université importante où les élèves apprécient son travail. Elle est belle et entourée par un mari aimant, lui-même scientifique, d'un garçon et de deux filles. La première essaie de se reproduire par des méthodes modernes puisque la nature le lui interdit, l'autre refuse la voie universitaire pour tenter de devenir actrice, pour ce faire elle s'est même éloignée de la ville de son enfance.

Bref la vie s'annonce bien et sa cinquantaine ne la trouble pas, elle fait attention à elle et court aussi souvent que possible. Du reste un jour elle oublie un rendez-vous avec son époux pour faire du sport, lors d'un cours quelques mots disparaissent de son esprit, dans un repas de famille elle pose deux fois la même question à la nouvelle petite amie de son fils. Des signes qui finissent par attirer son attention et la faire s'interroger.

Le neurologue qu'elle consulte lui fait passer quelques examens, retenir quelques mots, lui demande de revenir avec quelqu'un qui la connait bien. Ce qu'elle ne fera pas. Néanmoins elle devra s'y résoudre et sera au rendez-vous suivant avec son mari. Ensemble ils entendront le diagnostic, sans en être réellement surpris : Alzheimer. Une maladie d'autant plus effrayante pour une intellectuelle qui a basé sa vie sur le savoir, donc sa mémoire, comment transmettre le premier si la seconde la trahit ? Mais le pire n'est pas là, la forme de sa maladie est particulièrement agressive et héréditaire ! Son métier et la forte utilisation de son cerveau repoussa les signes visibles de la maladie, une fois celle-ci déclarée il n'existe aucun moyen de la ralentir.

Reste à ''faire avec'' puisqu'il n'existe aucun autre moyen. Elle place dans son téléphone une liste de question auxquelles elle devra répondre chaque jour pour juger de son évolution et dans son ordinateur un petit fichier vidéo lui indiquant où se trouvent le tube de cachets qui pourrait lui permettre de stopper, définitivement, sa dégénérescence cérébrale. Elle devra renoncer à son poste, malgré son impression d'avoir conservé la maîtrise de ses cours il apparaît qu'il n'en est rien, ils sont incohérents, décousus, et ses élèves en font la remarque au directeur.

Le plus difficile sera peut-être d'expliquer à ses enfants sa maladie mais aussi qu'ils risquent d'en être porteur. Rien n'obligeant à ce que tous en soit atteint, un reste leur permettra de le savoir, avec des résultats différents...

Une nouvelle vie s'organise, aide à domicile, présence constante de quelqu'un, et cette certitude obsédante que le combat est perdu d'avance. Que les retours au présent s'espacent et s'écourtent.

 

Toutes les règles du mélodrame sont présentes, aucune surprise dans le scénario, pas d'innovation dans la mise en scène mais le sujet ne demandait ni l'un ni l'autre, il nous montre une conscience qui s'éteint et qui le sait. Fort heureusement Alice est incarnée par Julianne Moore, qui donne à son personnage force et dignité jusqu'au dernier moment. Qu'elle ait obtenu l'Oscar pour ce rôle n'est pas volé !

 

Impossible de sortir de ce film sans se poser la question : Et si cela m'arrivait ? Saurais-je m'en rendre compte et l'accepter ? Le dire et le partager, avant de l'imposer ? Aurais-je envie de préférer la mort plutôt qu'une lente agonie pour finir en zombie ?

 

Je répondrais bien à ces questions mais le moment venu je les aurais oubliées !

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu Cinéma
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages