Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 novembre 2015 2 10 /11 /novembre /2015 08:31

Les Cahiers de Science & Vie No 150 – Janvier 2015

Les maîtres de la science hermétique

Lionel Crooson

 

Au Moyen Âge les savants disposent d'écrits grecs et arabes pour s'attaquer aux mystères de la nature et aux secrets de la matière.

Merlin bien sûr ne peut être exclu de cette quête et il serait l'auteur du texte alchimique Allegoria Merlini, œuvre qui connut un grand succès en Europe à cette époque.

Avant cette époque où pensées religieuse et science se superposaient, la transformation des métaux, la fabrication du verre et l'élaboration des teintures s'obtenaient de manière empirique. En Inde, en Égypte et jusqu'en Chine où l'alchimie se pratiquait dès le VIIè siècle. Dans l’Égypte hellénisée les théoriciens de l'alchimie cherchent dans la philosophie grecquas des modèles de matière susceptibles de les aider à préciser les principes théoriques de leurs opérations.

Deux noms se détachent illustrant cette ambition, Zosime de Panapolise 'Alexandrie, le second serait Hermès Trismégiste, auteur d'une vingtaine de traités ente le VIe et le VIIe siècle. C'est à ce dernier que l’alchimie doit son surnom de ''science hermétique'' ou de ''philosophie hermétique''.

Ces œuvres furent copiées puis traduites par la suite par des lettrés arabes comme le savant arabo-persan Jâbir ibn Hayyân (Geber en latin) qui firent passer l'alchimie pour une science musulmane. Elle se répand en Europe et nombre d’alchimistes partent en quête de la transmutation des métaux. Pour eux pierre et métal sont doués d'une vie propre comme les racines, les herbes et les fruits. Ils imaginent que les différents métaux sont les étapes d'une évolution allant de l'impur, le plomb ou le cuivre, au pur, l'argent ou l'or. Récupérant les premiers ils cherchent le moyen de forcer ce phénomène.

L'idée aujourd'hui fait sourire, à l'époque elle ne paraît pas absurde ni son résultat inaccessible.

Outre cette activité les alchimistes, philosophes de la nature, essaient d'extraire des substances contenues dans les plantes. Leurs laboratoires sont équipés de fours, de creusets, d'alambics et de vaisseaux de sublimation. Communiquant volontiers ils rédigent recette et traités qu'ils placent sous le patronage de Geber, Aristote, Platon, Cléopâtre même et parfois Merlin, laissant passer l'idée qu'entre la Table Ronde et l'alchimie des liens existent.

L'alchimie pourtant n'a rien à voir avec la magie ou la sorcellerie, elle ne fut jamais soupçonnée d'hérésie et ne fut condamnée par l'église que dans de rares cas où elle fut suspectée de participation à du faux monnayage.

L'alchimie pâtira de la refondation de la science engendrée, entre autres, par Descartes et son Discours de la méthode (1637). le coup fatal sera porté par Lavoisier son Traité élémentaire de chimie. Dès lors l'alchimie semble une science antique et obsolète avant que les alchimistes eux-mêmes soient tournés en dérision. Phénomène favorisé au XXè quand certains alchimistes se retrouveront dans un courant mystique et ésotérique, acoquinés avec des ''mages'' et autres astrologues...

Ces travaux pourtant ne furent pas inutiles, permettant de découvrir les propriétés du soufre et du phosphore, ils permirent la naissance de la chimie moderne.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu Science
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages