Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2015 2 03 /11 /novembre /2015 09:00

Dorison – Marazano – Glénat

 

Inde, 1934, tout commence dans un temps à Mugail Saraï. Sanji demande à son père ce qui se passera quand il sera mort. Son père lui répond que son âme s'échappe, Indra l'accueille dans son royaume, le Deva-loka. Sanji est frustré que les Devas refusent de révéler aux vivants ce qui l'attendra dans cet autre monde, il se précipite dans un autre temple ou un tigre l'accueille et se jette sur lui, se faisant tuer à sa place mais à cause de lui.

Chicago, 50 ans plus tard, hôpital privé saint-Vincent, centre de soins intensifs. Weiss quitte sa fille, Audrey, soignée pour un cancer en phase terminale, lui affirmant qu'il a beaucoup de travail et ne sera pas là pour lui tenir la main afin qu'elle s'endorme. Il ment mais ne peut plus supporter d'être là à regarder sa fille mourir lentement.

 

Chicago, trois ans plus tard. Weiss est tiré de son sommeil par un appel de son patron qui l'engueule pour n'avoir pas fait son travail. Il reçoit ensuite un appel de sa femme demandant à le voir afin qu'il signe les papiers du divorce, depuis la mort d'Audrey les choses sont difficiles et Weiss essaie de remplir son temps pour oublier le vide de sa vie et le poids de la culpabilité. Il finira pourtant par aller se faire soigner au centre du rein, Rayford où Osbourne, son médecin lui conseille de reprendre sa vie en main... chose qui paraît impossible. Roulant pour rentrer chez lui après ce rendez-vous il aperçoit soudain un camion venant à fond vers lui et le heurtant violemment.

Il reprend conscience dans le coffre de sa voiture alors que celle-ci prend la direction d'une presse s'apprêtant à détruire son véhicule. Il s'en sort, maladroitement, nu et frigorifié. Dans une maison proche il trouvera de quoi se réchauffer et s'habiller. Prit en stop il emprunte un téléphone mais aucun des numéros qu'il appelle ne répond, ni même ne semble correspondre à la personne demandée. Arrivé en ville il prend un taxi pour se rendre au Manoir Weiss, sa demeure, là, enfin, les choses devraient retrouver leurs places.

Mais non, loin de là, puisqu'il arrive juste pour voir des engins de chantiers mettre en pièce sa demeure. Sa surprise croîtra encore quand il apprendra que la maison et le terrain sont vendus depuis sept ans! À la banque il apprendra même que son compte est clôturé depuis la mort, la sienne donc, de son propriétaire, il y a 7 ans.

 

Seul son médecin, Osbourne, acceptera de le croire et lui donnera rendez-vous le lendemain. En attendant Weiss, Abel de son prénom se rend au cimetière, sur la tombe de sa fille, pour découvrir son propre caveau et la date de son décès, un an après sa fille.

 

Il attend beaucoup des retrouvailles avec son médecin, mais sera déçu, celui-ci va lui conseiller de s'éloigner de ses proches, de disparaître, après tout il devrait être mort. S'il est là c'est qu'il y a eu une erreur, c'est tout. Abel n'a pas le temps d'en demander davantage, Osbourne a reconnu quelqu'un dans la foule, quelqu'un qu'il sait être là pour eux, et pas pour leur bien. Les deux hommes s'enfuient dans un couloir du métro alors que les rames continuent à passer. Par coïncidence deux policiers sont à proximité qui se rendent compte que quelque chose d'étrange se passe, ils se précipitent. Les détectives se sont séparés, alors que l'un court après les fuyards, l'autre essaie de faire couper le courant sur la ligne, ce qui semble difficile. Le premier rejoint les trois hommes mais le dernier se présente comme faisant partie de la maison et sort sa plaque pour amadouer le policer, avant de le poignarder. Un métro arrive alors que Weiss essaie de faire monter le policier blessé sur le rebord et qu'Osbourne s'explique avec leur agresseur, avant de mettre, bêtement, son pied sur le rail conducteur d'électricité. Amis lui n'est pas équipé pour supporter le courant et le choc va lui être fatal, alors qu'opportunément arrive le second policier qui surprend Abel l'arme à la main. Sue arrive un peu tard pour Barney ! Weiss parvient à s'échapper mais il est blessé et la personne qui veut bien l'aider décide de le conduire aux urgences, faute de quoi il se viderait de son sang.

De son côté la police mène son enquête sur l'autre victime, le doc, et s'étonne que son cabinet ait été sur écoute. Sue ne devrait pas être sur l'enquête mais son caractère et la mort de son coéquipier lui permettent de la rejoindre malgré tout. Elle n'est pas du genre à accepter un refus ! Enquêtant sur le doc à la clinique de celui-ci elle en profite pour montrer une photo de Weiss, que la secrétaire reconnaît tout en affirmant que ce ne peut être lui, il est mort dans un accident depuis 7 ans.

De l'hôpital où son signalement a été reçu Sue reçoit un appel, un homme correspondant a été admis et se trouve sur le billard.

Sue reconnaît Abel mais les déclarations du médecin la stupéfient, les analyses de Weiss sont extraordinaires. Son sang est saturé d'un acide aminé spécifique et de produits dérivés de curare et de morphine indiquant un coma profond et prolongé, récemment terminé provoqué par un alcaloïde à base d'ibogaïne. En fait précise le médecin, il ne s'agit pas là d'anesthésie mais d'empoisonnement. Si Abel a survécu c'est que le produit lui fut injecté à doses infinitésimales pendant des années pour qu'il le supporte. Bref, médicalement parlant, Weiss devrait être mort !!!

 

Un téléphone sonne en Inde, l'homme qui décroche semble satisfait que Weiss soit vivant, il ne reste plus qu'à le récupérer. Il va être temps de s'occuper du fantôme...

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu BD
commenter cet article

commentaires

Evy 04/11/2015 13:59

Beau partage ce blog je met un lien sur le mien pour la semaine prochaine bonne journée

Lee Rony 07/11/2015 09:59

Merci Evy. Bon weekend, ensoleillé.

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages