Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 novembre 2015 7 22 /11 /novembre /2015 09:08

Europa '51 – Roberto Rosselini – 1952

Fasciné par saint François d'Assise, Roberto Rossellini décide de prendre un ''saint'' pour le transporter dans la société de l'après-guerre et ''voir'' quel sera son comportement.

 

Irène (Ingrid Bergman) et George Girard (Alexander Knox) forment un couple de la bourgeoisie dans la capitale italienne en cette époque d'après-guerre. Un soir, alors qu'ils dinent avec leur famille et des invités, Michele, leur fils essaie de se faire remarquer par sa mère mais celle-ci est bien plus captivée par ses invités. Déçu et furieux il se jettent dans les escalier pour faire semblant de se suicider. Il n'y gagnera qu'une fracture de la hanche.

 

Près de son fils dans son lit d'hôpital, Irène lui promet de faire plus attention à lui dans l'avenir. Malheureusement elle n'en aurait pas l'occasion puisque Michele va mourir des suites d'un caillot sanguin. C'est un choc pour Irène qui reste alitée pendant dix jours avant de tenter de se reprendre. Elle trouve de l'aide auprès de Andrea Casatti (Ettore Giannini), un communiste qui lui fait visiter les quartiers les plus misérables de Rome, lieux dont elle ignorait même qu'ils puissent exister. Il la convainc de donner de son temps et de son argent pour aider les habitants de ces zones. Elle intervient pour financer le traitement médical d'un enfant, pour trouver un emploi dans une usine à une mère de six enfants. Histoire d'aller encore plus près de cette nouvelle réalité elle remplace celle-ci une journée afin de faire l'expérience du travail, de la difficulté de vivre cette existence si loin de celle qui fut toujours la sienne. Elle s'occupe même d'une femme rongée par la tuberculose.

Du fait de ce nouvel emploi du temps elle est de moins en moins présente à la maison, ce qu'elle désire sûrement, et son mari en vient à imaginer qu'elle entretient une relation adultère avec Andrea.

Ce qui va l'amener à se séparer d'elle. Pour permettre à Irène de suivre son chemin, espèce de ''rédemption'' imaginé par Rossellini, elle est arrêté pour complicité avec un voleur, auquel elle avait pourtant conseillé de se rendre à la police. Mais ce n'est pas encore assez, pour être un saint il faut être un martyr, toute proportion gardée ici bien sûr, et Irène, dont nul n'oublie d'où elle vient, quittera la prison.

Pour l'asile !

Autant dire qu'elle n'est pas gagnante de l'échange, mais les apparences si !

Qu'en eut-il été si le vrai saint François s'était retrouvé en Italie après la guerre ? Nous ne le saurons jamais, et c'est tant mieux.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu Cinéma
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages