Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 octobre 2015 6 03 /10 /octobre /2015 07:19
MANHOLE

Tetsuya TSUTSUI – 2006 – 3 volumes – Éditions Ki-oon

7 décembre, 16 h32, le rue marchande principale de Sasahara. Ce sont les soldes, un marchant propose 12 rouleaux de papier toilette pour 248 yens, c'est donné...

Un homme nu, livide, déambule, hagard, mains et pieds ensanglantés, murmurant des mots incompréhensibles. Il vomit du sang sur un passant et s'écroule, mort. À 17 h 14 deux policiers, Shûchi Takimoto et Ken Mizoguchi du bureau d'investigation du commissariat enquêtent et découvrent qu'il est sorti d'une bouche d’égout. Ken est interpelé par sa jeune partenaire, Nao Inoue à laquelle il demande de recueillir un maximum de témoignages.

MANHOLE

19 h 06, salle d'autopsie du commissariat, Tadao Sugano dirige l'analyse du cadavre. Au moment où son aide va planter son scalpel il sent quelque chose bouger et avec une pince extrait de l’œil ressemblant à un vers. Le mort va être identifiée grâce à ses empreintes dentaires, il s'agit du de Yoshito Horkawa, 32 ans, chômeur, vivant au 205 de la résidence Kitahi dans le quartier de Kitamodai. Reste à interroger ses proches, la routine quoi. La résidence Kitahi n'a rien d'engageante et quand ils trouvent la mère de la victime celle-ci n'a pas l'air surprise ni peinée par le décès de son fils. Son appartement est à l'image du quartier, plein de sacs plastiques et de piles de n'importe quoi montrant qu'elle ne se débarrasse jamais de rien. Aux policiers elle montre les cicatrices des sévices que lui infligea son enfant, rien d'étonnant donc à ce qu'elle manifeste peu de peine ! Elle apprend aux policiers que Yoshito était dépendant aux jeux d'argent mais qu'elle l'avait fait entrer, gratuitement, dans un centre soignant les comportements violents et la dépendance aux jeux.

Mais la mère ignore l'adresse du centre, un photographe, ayant récupéré son fils pour l'y conduire. Le téléphone de Mizoguchi sonne, il apprend que la cause du décès est la filariose, maladie due à un parasite. Celui-ci serait source de ses hallucinations mais sa mort aurait été causée par la chute sur le trottoir.

Le 8 décembre, 12 h 12, commissariat de Sasahara. D'un côté la sections des maladies contagieuses du service de santé publique se manifeste, de l'autre, le témoin, Yôchi Amamya, sur qui le mort vomit, s'est présenté pour témoigner. Il raconte ce qui s'est passé, l'homme qu'il a vu venir vers lui, les paroles qu'il marmonnait ''Maman...'' sous le choc il laissa tomber son portable, la police l'ayant récupéré put par ce biais l'identifier. Yôchi a l'air étrange et demande à partir. Après tout il n'y a aucune raison de le retenir. Surtout sans savoir que le pansement sur sa joue cache une plaie faite la veille et par laquelle il fut contaminée par Yoshito.

Épuisé, il se retrouve dans la rue, hagard il ne voit pas venir la voiture qui le renverse. Plus haut Ken apprend que quatre vers ont été découverts dans l’œil droit de la victime, quatre filaire, une maladie qui touche surtout les chiens et les chats ! Il s'agirait d'une nouvelle espèce. Le filaire, s'introduisant dans l’œil de sa victime suit le nerf optique jusqu'au cerveau et se dirige vers l'hypothalamus qu'il dévore avec pour effet d'effacer la faim, le désir sexuel et le sommeil chez son hôte. Cette maladie est transmise par les diptère, ceux-ci peu fréquent en hiver au Japon passent la mauvaise saison au chaud, dans les égouts.

MANHOLE

Le corps de Yôchi est ramassé sur la route, des filaires adultes vont être découvert à l'intérieur comme s'il avait été contaminé par la première victime. Pour compliquer les choses, des taches circulaires sont découvertes sur le cuir chevelu de celle-ci, laissant penser qu'elle fut soumise à diverses expérience. Par conséquent que sa contamination ne doit rien au hasard.

La question centrale est donc de découvrir le centre qui accueillit Yoshita, si quelque chose lui est arrivé ça ne peut qu'être là ! L'enquête s'oriente vers le photographe qui fit office de messager. Le seul indice, fourni par la mère de Yoshita est le lieu où celui-ci avait rendez-vous avec son chauffeur. Un terrain vague !

Les voisins n'ont rien remarqué, mais la bouche d’égout attire leur attention, pourquoi les orifices de la plaque ont-ils été obstrués ? La tentation est forte pour les policiers de la soulever, d'autant qu'un pied de biche semble avoir été opportunément oublié à proximité.

Reste à oser descendre ! Rôle dévolue à Inoue, son partenaire étant trop gros pour cela. Un sac plastique sur la tête, pour la protéger des mouches, une lampe à la main, elle s'engage dans le trou. En bas elle découvre un siège noir entouré de batterie, une table et des appareils bizarres. Fouillant un peu partout elle découvre un livre de photos, de voyage, au Botswana. Elle prend une photo.

Parallèlement Takimoto interroge le père de Yoshita qui lui narre sa rencontre avec le soi-disant ''photographe'' et leur dialogue, portant principalement sur la psychiatrie en général et la lobotomie en particulier, regrettant que cette dernière ait si mauvaise presse qu'elle ne soit plus pratiquée et soulignant qu'il fallait une solution physique pour régler le problèmes des auteurs de crimes atroces. Là il montre le filaire qu'il pense être la solution, parasite capable de pénétrer le cerveau jusqu'à l'hypothalamus pour la ronger jusqu'à gommer les pulsions de son propriétaire. La preuve il la montre en ôtant ses lunettes noires et montrant qu'il n'a plus qu'un œil valide.

En lisant le récit de voyage au Botswana Nao découvre ce que son auteur y apprit en visitant le village des borgnes. Pour les policier il n'y a pas de doute, ce photographe est responsable de ce qui est arrivé et semble sûr d'avoir fait une découverte positive.

Ils ne savent pas encore à quel point !

Il vous faudra lire les deux tomes suivant pour connaître la suite, elle en vaut la peine.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu Manga Japon
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages