Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 octobre 2015 6 31 /10 /octobre /2015 08:31

Les Cahiers de Science & Vie No 150 Janvier 2015

La grande peur de la sorcellerie

Anne Debroise

Nous l'avons vu, Merlin était le fils d'une vierge et d'un incube. Celui-ci est un démon incarné pour abuser d'une femme dans son sommeil hérité de la mythologie juive, les démons, anges déchus après leur rébellion contre dieu ont intégrés l’orthodoxie chrétienne par le Livre d'Hénoch. Auxiliaires précieux expliquant que le monde créé par un dieu unique et bon soit rongé par le mal. À partir du XIe siècle, la figure du diable et de ses sbires orne chapiteaux et tympans des églises romanes.

Quid du pouvoir de ces créatures ? Thomas d'Aquin, parmi d'autres théologiens, émit l'idée que bien que sans corps physique ils pouvaient agir dans le monde réel.

Lentement, mais sûrement, la religion repoussa les magiciens et toute personne suspectée de sorcellerie. Ainsi la démonologie va-t-elle donner naissance à un mouvement massif de persécution. La fragile frontière entre pratiques magiques et magie démoniaque permit aux autorités de dénoncer cette dernière et ceux qui y recouraient, dans des buts politiques. Le procès posthume ouvert par Philippe le Bel en 1306 contre le pape Boniface VIII, l'accusant de posséder un ''démon privé'' est sans doute le premier exemple d'une telle instrumentalisation.

L'inquiétude de l'église et de la société face au danger représenté par les sorciers contre la vraie foi est réelle. Dans la bulle Super illius specula, Jean XXII recense les pratiques jugées démoniaques et condamne ceux qui les pratiquent aux peines jusqu'ici réservées aux hérétiques. L'Inquisition, juridiction créée en 1231 pour lutter contre les hérésies, est habilitée à enquêter. En 1327 le poète italien Cecco d'Ascoli est un des premiers à connaître le bûcher. Bientôt n'importe qui, sitôt assimilé à un sorcier, sera pris pour cible.

La fin du XIVe siècle est troublée. Deux, puis trois, papes se disputent l'autorité sur le monde chrétien, les premières bibles en langue vulgaire sont éditées, la guerre de Cent Ans effraie, la peste terrifie et les disettes augmentent encore cette impression de fin du monde. Il faut des coupables, sorcier(e)s et autres magicien(ne)s rempliront cet office !

En 1486 paraît le Malleus maleficarum, le Marteau des sorcières, traité rédigés par deux inquisiteurs dominicains, Henri Kramer et Jacques Sprenger. Il compile tout ce que l'on sait sur les démons et leurs actions, et donne les procédures pour confondre et punir leurs disciples. L'imprimerie lui permit de connaître un grand succès. Officiellement interdit dès 1490 par l'église catholique il fut réédité jusqu'en 1669. Dans ce texte les femmes sont désignées comme spécialement suspectes de commerce avec Satan. Leur nature faible, leur foi molle, leur lubricité et leur ''convoitise bestiale'' les porteraient vers le maléfice. Le traité indique toutes les ruses pour les faire parler, promesses, chantages, tortures, tout est permis pour obtenir l'avenu nécessaire pour condamner puis exécuter la sentence.

L'inquisition catholique, première à lutter contre l'hérésie fut moins sévère que la protestante. La première imposait souvent une pénitence, la seconde infligeait des punitions, parfois des exécutions.

Toute femme qui vit seule, a quelque bien ou des notions de botaniques est perçue comme marginale, suspecte, passible du bûcher. Il lui suffit de s'attirer les foudres d'un voisin, d'un notable.

La fin de la chasse aux sorcières ne prendra fin qu'au XVIIIe siècle quand les lumières répandront le scepticisme sur la réalité des pratiques des supposés sorcier(e)s. Elle aura fait 50 000 victimes, 80 % de femmes.

Merlin connaitra une éclipse durant cette époque, il reviendra quand l'hystérie collective sera apaisée.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu Science
commenter cet article

commentaires

Chenzen, le seul 05/11/2015 17:51

Bonjour Lee
Effectivement, c'est une terrible époque de superstitions et de crimes ("abominables" serait du superflu), l'âge des ténèbres par excellence. Il est facile de faire "avouer" n'importe quoi à n'importe qui par la torture, car la victime n'a que le souhait de ne plus souffrir. Alors, "qu'elle ,commerça avec le diable", ou "qu'elle s'envolait sur son balai", n'importe quel prétendu aveu était bon pour se sortir des griffes des inquisiteurs.
Les tortures étaient telles que les greffiers chargés de noter la séance en direct laissèrent la marque de leurs tremblements d'effrois sur les pages de leurs registres. C'est dire si les bons serviteurs de Dieu usaient de sadisme et de cruautés lors de leurs "interrogatoires".

Lee Rony 07/11/2015 09:56

La peur est une sensation, une émotion aussi, tellement puissante qu'elle pulvérise le masque de la civilisation, de la culture, de l'illusion que nous formons une espèce intelligente et lucide.
Qui sait si la sorceLEErie n'est pas la voie pour la comprendre et la maîtriser. L'ignorer c'est lui céder !

Chenzen, le seul 05/11/2015 17:51

Bonjour Lee
Effectivement, c'est une terrible époque de superstitions et de crimes ("abominables" serait du superflu), l'âge des ténèbres par excellence. Il est facile de faire "avouer" n'importe quoi à n'importe qui par la torture, car la victime n'a que le souhait de ne plus souffrir. Alors, "qu'elle ,commerça avec le diable", ou "qu'elle s'envolait sur son balai", n'importe quel prétendu aveu était bon pour se sortir des griffes des inquisiteurs.
Les tortures étaient telles que les greffiers chargés de noter la séance en direct laissèrent la marque de leurs tremblements d'effrois sur les pages de leurs registres. C'est dire si les bons serviteurs de Dieu usaient de sadisme et de cruautés lors de leurs "interrogatoires".

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages