Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 septembre 2015 5 04 /09 /septembre /2015 07:40

Je me souviens, c'était... il y a si longtemps,

La nuit était glacée mais pas assez pour moi ;

Dans ma chambre l'ennui était toujours présent

Y avait fait son nid, s'y sentait comme un roi.

 

Parfois je le fuyais dans la drogue ou l'alcool,

Mais le sommeil était une piètre protection ;

Alors je m'en allais comme un oiseau s'envole

Sachant qu'il reviendra goûter à l'affliction.

 

J'ai finit par l'aimer puisque mon seul ami,

Le seul à m'écouter, le seul à me comprendre,

S'il me détruisait c'était petit à petit,

Me dévorant autant qu'il m'aidait à apprendre.

 

Je me souviens... mais il y en a plus pour longtemps,

S'endormir dans le froid n'est pas désagréable.

Ne plus pouvoir penser, rejoindre les absents,

Enfin pour chasser tout autant dieux que diables.

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans Poésie
commenter cet article

commentaires

Daë 11/10/2015 04:26

Bonjour, monsieur Lee Rony !
C’est la première fois je laisse commentaire sur votre blog. Je suis Daë et je suis une étudiante du blog En français s’il vous plaît.
D’abord, la poésie écrite par vous m’intéresse beaucoup. Au début, je pensais qu’elle était rédigée par un poète français, alors je l’ai cherchée sur google. Là, j’ai découvert une autre poésie « l’attente » de Marcelline Desbondes-Valmone. Cette poésie est à propos d’une personne qui est tombée amoureuse de quelqu’un d’autre.. Grâce à vous, j’ai fait la connaissance avec un autre poète, merci !
J’avais la chair de poule , parce qu’en lisant, je me rappelais quand je vivais un mauvais temps. A ce moment-là, je ne voulais pas dormir parce que le lendemain, je devais vivre encore ! Cela vous semble peut-être idiot, mais j’étais comme ça .... j’étais si désespérée ..
Mais moi, je suis trop fragile avec mes sentiments, alors je ne pourrais pas « attendre » que cette nuit avoyante vienne. En tout cas, c’est une belle poésie !
Daë

Lee Rony 14/11/2015 18:02

Bonjour Daë JEONG !
Ne soyez pas désolée, je vous en prie, vos examens sont prioritaires.
Je connais cette sensation, devant la feuille blanche, que tout a disparu, que notre mémoire nous trahit et qu'il ne reste rien des heures passées à étudier.

Marcelline est un peu oubliée aujourd'hui, dans l'ombre des grands poètes du dix-neuvième siècle : Hugo, Rimbaud, Verlaine, Baudelaire... et c'est dommage. Grace à vous j'ai retrouvé ses vers, son travail et son oeuvre.

Finalement je me demande si la déception ne finit pas par engendrer l'espoir alors que la réussite appelle la crainte de perdre ce que l'on a... Mais c'est peut-être une façon de la supporter.

Le froid c'est aussi une attente, celle que tout se fige, se glace, comme disparaître sans mourir ou être là sans vivre vraiment;

Je comprends votre fragilité, admire votre envie de rester vous-même, j'ai plus de mal pour cela, peut-être parce que je me connais (trop) bien.

J'aimerais beaucoup lire ce que vous écrivez, pourquoi ne pas faire un essai de traduction ? Vous maîtrisez parfaitement le français.

Vous lire me fait plaisir. Vous avez raison, le soleil reviendra, mais en ce moment, en France, les ténèbres avancent !

Daë JEONG 07/11/2015 18:28

Bonjour monsieur Lee Rony !

Je suis désolée de vous répondre tradivement ... Petite excuse : j'avais beaucoup d'examens. Quand j'ai passé un examen dont le sujet était Flaubert, j'ai presque pleuré, parce que j'avais presque tout oublié .. Je me rappelais de rien :(
Et à propos de la poésie, vous avez raison, c'est vraiment diffcile de vérifier ce que l'on écrit .. J'écris aussi, mais en coréen, quelquefois je n'aime pas le relire. Pourtant, au vue des autres, j'aime bien ce que vous écrivez !
J'ai bien lu celui de Marcelline et j'ai beaucoup aimé sa manière de décrire les émotions déçues.

Le frois intérieur .. Est-ce, ce que vous voulez dire pour désigner le pire ? Si oui, je suis d'accord avec vous. Avec cette sensation forte, on n'en peut plus et on ne lutte plus. Moi non plus, je deviens si fragile parfois mais je cherche à rester moi-même.

Et puis, comme dit le proverbe "après la plus, le beau temps", il existes sûrement 'des jours ensoleillés' pour nos vie ....

Enfin, je suis vraiment heureuse de ce que vous m'avez dit que mes mots vous ont touché !


Merci,
Daë

Lee Rony 13/10/2015 12:10

Bonjour Daë.

Merci de votre visite et de votre commentaire. Je n'ose me qualifier de poète bien que j'écrire de la poésie depuis quelques années déjà, mon blog est là pour le démontrer. Il peut arriver que j'utilise un titre déjà employé par un autre auteur, bravo d'avoir trouvé celui de Marcelline Desbondes-Valmone, je n'avais jamais pensé à chercher cette ressemblance mais si vous avez découvert une poétesse que vous ne connaissiez pas j'en suis heureux.

Le froid revient mais le pire n'est pas celui de l'extérieur, c'est cette sensation en soi contre laquelle il est difficile de lutter et que chacun peut connaître, avec plus ou moins d'intensité.

Ne combattez pas votre fragilité, vos sentiments, ce sont autant de qualités qui peuvent parfois rendre la vie difficile mais aussi l'illuminer. Apprendre à vivre avec ce que l'on est, à cohabiter avec nos défauts, nos faiblesses, nos forces ou qualités, voila ce qui nous définit.

Vos mots m'ont beaucoup touchés.

A bientôt.

LEE

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages