Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 septembre 2015 3 23 /09 /septembre /2015 07:03

Paul Thomas Anderson – 2014 – 148' (tiré du roman de Thomas Pynchon)

''Doc'' Sportello vit à Los Angeles, il passe son temps à fumer des pétards sur la plage, ou chez lui, ou n'importe où, à boire une bière, ou plusieurs, ou autre chose, bref il ne fait pas grand chose de ses journées. Pour gagner sa vie, et ses produits de consommations courantes, il fait office de détective privé sans que l'on sache s'il a vraiment une licence ou s'il fait semblant.

Ce qui ne changerait rien.

Shasta Fay était sa petite amie, ici elle joue le rôle de la ''femme fatale'' celle qui génère l'action. Elle lui signale un jour la disparition de Mickey Wolfman, promoteur immobilier et milliardaire, c'est dire que l’honnêteté n'est pas son fort, qui vient de disparaître. Mickey se laisse tenter par l'affaire qui le met en contact avec un mystérieux salon de massage asiatique où il se fait assommer. Il se réveille dans un champ près d'un cadavre et entouré de policiers qui, armes pointées sur lui, l'observent en semblant espérer qu'il fasse un geste brusque pour pouvoir le flinguer. Dirigeant ces homme le détective Christian ''Bigffot'' Bjornsen, qui connaît (trop) bien Sportello. Ne sont-ils pas originaires tous les deux du même quartier où ils firent les quatre cent coups ? ''Doc'' ne s'arrêtant pas à ce score !

Ses investigations vont le conduire vers une organisation chinoise s'occupant du trafic de drogue, depuis le triangle d'or jusqu'à la vente dans les rues de Los Angeles puis vers une espèce de secte comme il y en avait beaucoup à l'époque, sans oublier le FBI, qui n'est pas le moins pire, quelques nazis qui se promènent et un vieil ami, saxophoniste et indic, infiltré pour le compte du FBI dans une bande

L'affaire n'est pas claire et Anderson ne la simplifie pas, s'approchant parfois du film ''noir'' dont nous retrouvons quelques codes mais avec une mise en scène qui n'appartient qu'à lui.

C'est une époque frontière qui nous est présentée sous prétexte d'une intrigue policière, les années soixante et leurs idéaux meurent en même temps que ceux qui y croyaient. Comme s'il pouvait en être autrement ! Le pouvoir des fleurs est àl'image de celles-ci, fané, il va être remplacé par une société plus réaliste, plus lucide, plus cruelle. Ronald Reagan est gouverneur de Californie.

Ce qui ne mettra pas un terme aux trafics de drogues, bien au contraire. Il n'est plus vraiment question de rêves désormais, seulement d'oublier ce cauchemar qu'est la réalité.

''Doc'' incarne cet esprit de résistance d'une époque qui n'est déjà plus qu'un souvenir et il veut démontrer que l'argent n'est pas le plus important, pour lui.

Bien sûr PTA reste égal à lui-même, sa mise en scène est inventive disent certains, baroques disent d'autres, pour ne pas avouer qu'elle est parfois difficile à suivre. Sujet oblige peut-être. J'avoue que j'ai eu du mal à vaincre ma somnolence au début de la projection, coup de barre postprandial probablement. La longueur de la projection n'aidant pas.

Joaquin Phoenix s'est fait une tête ''d'époque'', il s'en sort bien, comme Josh Brolin, sans oublier Katherine Waterston dont le passage en (très) petite tenue m'aida à rouvrir les yeux.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu Cinéma
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages