Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 août 2015 7 09 /08 /août /2015 07:31

Suspicion – Alfred Hitchcock – 1941 – 99'

Johnny Aysgarth est un joueur dont le charme et la désinvolture sont les principaux moyens de subsistance. Dans un train il rencontre la jeune, et coincée, aristocrate Lina McLaidlaw. Celle-ci ne peut résister à la séduction, et au savoir faire, de Johnny. Lui-même reconnaître être épris de sa ''bouille de singe''. Les choses allant leur cours ils se marient et partent en voyage de noce. De retour le jeune marié loue une grande maison mais doit avouer à son épouse l'importance de dettes de jeu qu'il avait jugé bon de passer sous silence auparavant. La jeune femme finit par se poser des questions sur les sentiments de son mari, elle l'observe et finit par se demander si celui-ci n'en a pas pour son argent, auquel cas la tuer serait le mieux pour s'emparer de l'héritage. Le meilleur ami, et associé, de Johnny ne vient-il pas de mourir dans des conditions suspectes ?

Et si Aysgarth l'avait assassiné pour récupérer de l'argent ?

Tout le film repose sur la paranoïa que développe Lina, comment elle observe son mari, surprend un geste, interprète une parole, un silence, au point de sembler proche de basculer dans la folie. Il faut dire que la jeune femme n'est pas si jeune que ça, qu'elle semblait promise, et son entourage s'y attendait, à un destin de vieille fille. Se marier pour elle était le moyen de prouver à tous qu'ils avaient tort, sauf que l'émoi de la rencontre et de l'abandon dans les bras de Johnny, finissent par s'estomper et le caractère suspicieux de Lina reprend le dessus. Il faut dire qu'elle vécu toute son enfance sous la férule paternelle et que celle-ci se fait encore sentir par tableau interposé. Difficile ensuite d'avoir une attitude naturelle avec un homme, surtout pour elle dont le besoin de lunettes fait qu'elle perçoit un monde flou.

Difficile de savoir où est la réalité, si la mariée fantasme ou si son mari est vraiment un tueur, il faut dire que dans le roman original c'est bien le cas, mais Hitchcock, à la demande du studio producteur choisit une fin différente, Cary Grant était la grande vedette de la comédie de l'époque. Tout au long du film Sir Alfred distille des indices qui peuvent (dés)orienter le spectateur. Ainsi quand elle forme le mot murder en jouant au scrabble ou quand elle a l'impression que son mari va la pousser hors de la voiture.

Sans parler du verre de lait qui semble contenir autre chose. Pour cette scène le réalisateur fit placer une lumière dans le verre alors que Johnny le monte à Lina. ''il fallait que l'on ne regardât que le verre''.

Grant est parfait pour laisser planer le doute, drôle et innocent mais capable en un regard de laisser planer le doute sur ses pensées et désirs, il aura ensuite l'occasion d'aller plus loin dans des personnages plus sombres. Joan Fontaine ne l'est pas moins, du reste elle décrochera l'Oscar de la meilleure actrice pour ce rôle.

 

Hitchcock confia à Peter Bogdanovich la fin qu'il souhaitait, et qui respectait le livre : ''Joan Fontaine écrit à sa mère, indiquant qu'elle aime son mari mais qu'elle a l'impression qu'il est un assassin. Elle est prête à mourir mais pense que la société doit être protégée d'un tel homme. Grant pose le verre de lait, Joan donne lui donne la lettre en lui demandant de l'envoyer à sa mère. Elle boit, meurt, alors que son mari s'éloigne en sifflotant pour aller poster le courrier.

 

Un Hitchcock se regarde toujours avec plaisir, et un peu de perversité. Dans quelle proportion, cela dépend de vous.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages