Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 février 2016 1 08 /02 /février /2016 08:31

해적: 바다로 간 산적 (hae-jeok: ba-da-ro gan san-jeok : Pirates : Bandits allant sur mer) Lee Seok-hoon – 2014 - 130'

Être pirate n'est pas une sinécure, encore moins en mer Jaune et sur un vaisseau dont Soma, le capitaine, est une ordure avide d'or et prêt pour en accumuler à vendre ses propres hommes, et femmes, d'équipages. Malheureusement, pour lui, son bras droit,Yeo-wol est experte dans le maniement des armes et elle a le soutien des autres membres de l'équipage. Aussi quand le capitaine est prêt à vendre 7 de ses marins prend-t-elle la tête de la rébellion et le vainc en duel.

Alors qu'on lui propose de renoncer à son titre pour rejoindre le nouvel équipage il préfère se laisser tomber à l'eau et disparaître dans la mer.

Être marin au service du roi n'est pas simple, surtout quand le navire emportant des pièces inestimables, le nouveau nom d'un royaume, Joseon remplaçant Guryeo, et un sceau royal donné par l'empereur Ming croise le chemin d'un bébé baleine. Les marins veulent l’attraper, lui tirent dessus, le ratent, et voient trop tard que le petit n'était pas seul, sa mère l'avait juste laissé se promener tout seul. Maman n'est pas contente que des hommes veuillent tuer sa progéniture, et l’embarcation ne fera pas long feu contre elle.

Au passage elle avalera le sceau royal, pas plus gros que du plancton pour elle.

De retour sur la terre ferme, les marins survivants racontent leur histoire en la modifiant, plus question qu'un cétacé les ait ridiculisé, ils préfèrent affirmer que des pirates les ont attaqués et volés. C'est plus acceptable. Le roi est bon, il leur donne deux semaines pour retrouver les assaillants et récupérer ce qu'ils ont pris. Bien sûr puisqu'ils savent la vérité ils vont tout faire pour retrouver le cétacé, et vont demander aux pirates de s'en charger.

Être bandit n'est pas de tout repos non plus, tigre-fou le sait bien, d'autant qu'il n'est pas le meilleur dans son domaine, ni le plus chanceux. Après quelques aventures il va comprendre que la terre ne lui convient pas et se retrouver en concurrence avec les pirates, toujours conduit par leur belle capitaine, en chasse de la baleine et de son contenu avec sa bande peu aguerrie aux manœuvres que nécessite un navire.

La chasse à la baleine promet d'être périlleuse, malgré un armement riche et varié même si l'animal est d'autant plus facile à repérer qu'au cours de sa confrontation avec les humains un drapeau s'est planté sur son dos, peu gênant pour elle mais simplifiant les choses pour ceux qui lui courent après.

La situation se compliquera davantage avec le retour du premier capitaine qui a survécu à son séjour en mer et a pu retrouver bateau et équipage afin d'assouvir sa vengeance.

Soma et Yeo-jon finiront par se retrouver, être sur le point de s'affronter quand entre eux va se glisser, par hasard, le navire de Tigre-fou, à croire que le destin fait tout pour rapprocher ce dernier et Seo-yon...

Finalement tout est difficile pour tout le monde, heureusement il s'agit là d'un film d'aventure parodique associant humour et effet spéciaux, pas toujours des meilleurs il est vrai, mais la présence de Son Ye-jin me donne envie de partir chasser le cétacé. Et tant pis si je ne l’attrape pas.

Je parle de la baleine bien sûr !

Un des plus gros succès en Corée du Sud en 2014.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu Cinéma Corée
commenter cet article

commentaires

PatiVore 28/02/2016 15:46

Merci, lien répercuté sur le blog dédié au challenge : https://challengecoreen.wordpress.com/2016/02/28/les-pirates-de-lee-seok-hoon/

Lee Rony 29/02/2016 12:40

Un navire sur lequel on a envie d'embarquer.

chenzen, le seul 09/02/2016 19:13

Bonjour Lee.

Le cinéma coréen prend de plus en plus de vigueur et de force, chacun de leur nouveau film est à découvrir. Seul bémol pourtant : trop nationaliste, nombriliste. La quête de "l'identité coréenne" ne leur permet pas une grande ouverture sur le monde, cela se reflète sur l'absence chronique d'acteurs/trices non asiatiques. Remarquons que la Corée du sud n'en n'a pas la palme, le cinéma est devenu, malheureusement, le porte-parole tragique des identités "nationales", les acteurs et actrices (complices ?) ne sont là que pour endosser le rôle des héros stéréotypés.

Lee Rony 11/02/2016 21:34

Peut-être est-ce qu'après avoir vécu un demi siècle sous la botte nippone, puis quelques décennies sous une dictature militaire, la Corée (du Sud) cherche à se retrouver, se reconnaître, se définir par le biais du cinéma, ou des dramas. Dans ceux-ci il arrive que des acteurs occidentaux trouvent leur place. Combien d'acteurs Coréen, ou Japonais, dans le cinoche français ? Ce qui n'empêche pas le pays d'être ouvert sur le monde, pour le conquérir industriellement ou culturellement.

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages