Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juillet 2015 2 14 /07 /juillet /2015 08:00

Pour la science 445 - 3

Quand l'homme est devenu PRÉDATEUR

Il y a 279000 ans sur la rive d'un lac de la vallée du Rift en Éthiopie des chasseurs taillent en pointe des morceaux d'obsidienne qu'ils attachent à des hampes de bois pour fabriquer un javelot. Technique rudimentaire vue d'aujourd'hui mais révolutionnaire à l'époque. Une arme plus efficace qu'une lance de bois permettant de tuer à distance une plus grande variété de cibles en évitant de s'approcher des plus dangereuses.

Difficile d'imaginer en regardant les individus qui se promènent dans nos rues que nous sommes des chasseurs-nés. Nous sommes sans crocs ni griffes, sans la musculature puissante des grands fauves, pourtant nous sommes les tueurs les plus redoutables à s'être jamais promenés sur Terre, certains le prouvent encore.

Nos ancêtres pourtant étaient essentiellement végétariens, comment se fait-il qu'ils devinrent carnivores, s'éloignant ainsi de leurs plus proches parents. Beaucoup de nos différences avec ceux-ci semblent résulter de notre adaptation à la chasse. Notre capacité à courir sur de longues distances par exemple, ou le développement de notre cerveau.

Comme si tuer avait créé notre spécificité humaine... Mais qui peut s'en étonner ?

 

 

Remontons le temps avec Kate WONG jusqu'à cette époque où les hominines se sont séparés des chimpanzés. Le climat change et les forêts d'Afrique pourvoyeuses de fruits laissent la place à des milieux plus ouverts où ils sont plus rare. Les australopithèques se sont adaptés en développant de fortes mâchoires et des dents énormes capables de broyer herbes et plantes dures. Notre ancêtre direct lui prit un autre chemin avec un régime alimentaire intégrant des quantités croissantes de protéines et de graisses animales. Les deux purent survivre mais au final l'Homo sapiens s'imposa, seul.

Pour autant comprendre l'extinction des australopithèques reste difficile, peut-être de nouveaux changements radicaux intervinrent auxquels ils ne purent s'adapter assez rapidement où durent-ils affronter un concurrent (du genre Homo?) qui l'empêcha d'exploiter de nouvelles ressources. La stratégie carnivore fut gagnante !

Nos ancêtres connurent de nombreux changements anatomiques et physiologiques qui compensèrent notre manque de vitesse par une plus grande endurance permettant de poursuivre une proie jusqu'à ce qu'elle tombe d'épuisement. Adoptant la sudation nos ancêtres purent ainsi maîtriser l'élévation de la température due à un effort prolongé. D'autre part les modifications de l'épaule, de l'humérus ou du thorax et même le nombre de vertèbres lombaires, nous permettent de maîtriser le lancer, à la différence des autres primates.

La modification de l'épaule si elle fut favorable à la chasse réduisit d'autant l'aptitude de nos ancêtres à grimper dans les arbres pour se nourrir mais aussi se mettre hors de portée des autres prédateurs. Des outils en pierre et des os entaillés montrent que les humains ont commencé à dépecer des animaux il y a 2,6 millions d'années mais étaient-ils chasseurs ou charognards ?

Des indices concordants indiquent la première possibilité, sur les restes retrouvés des traces auraient indiqué qu'un autre prédateur s'était servi en premier.

Ce basculement de nos ancêtres vers une alimentation carnée a favorisé la croissance du cerveau qui conduisit à l'invention de nouvelles techniques permettant d'obtenir plus de viande, ainsi que des aliments végétaux de qualité, d'où une nouvelle expansion cérébrale. Depuis 2 millions d'années jusqu’à il y a 200000 ans l'encéphale est passé d'environ 600 cm2 à 1300 cm2 chez sapiens.

L'organisation sociale fut aussi transformée et une organisation sociale plus élaborée dut s'installer, notamment une division du travail : les hommes chassaient du gros gibier, les femmes ramassaient des plantes, les deux groupes se retrouvaient en fin de journée pour manger. L'agressivité elle aussi dut évoluer, insuffisante pour maîtriser les proies la dominer devint nécessaire. Il fallait chasser avec sa tête, contrôler son émotion pour obtenir un résultat valable. Tuer à distance participa à découpler la chasse et les émotions agressives. Ce nouveau comportement peut aussi expliquer, en partie, que l'Homo sorte de son milieu habituel pour capturer du gibier.

Les aptitudes nécessaire à une cynégétique efficace permirent donc à nos ancêtres de coloniser des contrées éloignées et à prospérer dans de nouveaux environnements en utilisant les mêmes caractéristiques physiques et comportementales.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages