Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juin 2015 7 21 /06 /juin /2015 07:14

SUDDENLY, LAST SUMMER – Joseph L. Mankiewicz - 1959

Réalisé en 1959, Soudain l’été dernier, par ses thèmes, engendra une polémique qui marqua la déliquescence du Code Hays.

Après La Ménagerie de verre (1950), Un tramway nommé Désir (1952) et Baby Doll (1956), tous deux réalisés par Elia Kazan, ou encore La Chatte sur un toit brûlant (1958), Mankiewicz s’intéresse à l’œuvre de Tennessee Williams, le dramaturge le plus en vogue, et le plus controversé, de Hollywood.

Malgré une collaboration houleuse qui s’est soldée par un désaccord vis-à-vis du scénario final, Soudain l’été dernier est une réussite parvenant à aborder des sujets aussi difficiles que l'inceste, l'homosexualité ou le cannibalisme. Pourtant Katharine Hepburn refusa de le voir, considérant que c'était le sujet le moins glorieux de sa carrière, elle se brouillât définitivement avec le cinéaste. Celui-ci avait d'abord pensé à Vivien Leigh avant de porter son choix sur Elizabeth Taylor, il dut aussi compter avec les problèmes de santé de Montgomery Clift.

Soudain l’été dernier s'inscrit dans un mouvement d'inspiration psychanalytique à la mode à l'époque, le cinéma regardant la société pour lui renvoyer sa propre image et utiliser de nouvelles tendances.

Le Dr Cukrowiz, neurochirurgien de son état, fait face à un dilemme difficile. Violet Venable (Katharine Hepburn) est riche, et âgée, elle demande au médecin de pratiquer une lobotomie sur la personne de sa nièce, Catherine (Elizabeth Taylor). S'il s'exécute, façon de parler, elle financera le service spécialisé que le médecin attend pour ne plus pratiquer d'opérations dans des conditions difficiles, et risquées pour ses patients.

Sur l'autre plateau de la balance se tient justement Catherine, une jeune femme très belle montrant de temps en temps un comportement étrange ou inapproprié. Entre les deux femmes se tient le fantôme de Sebastian Venable, fils de l'une et cousin de l'autre en la compagnie de laquelle il disparut l'été précédent alors qu'ils étaient en voyage dans un pays étranger.

Le film est une enquête qui plonge dans le passé de Catherine pour chercher le traumatisme expliquant son comportement comme il donne la raison du souhait de Violet de faire opérer sa nièce. Opération qui la calmerait peut-être mais qui, sûrement, effacerait le souvenir enfoui de ce qui est arrivé l'année précédente.

Fantôme est le mot pour décrire Sebastian, malgré les nombreux flash-back, suivant l'habitude de Mankiewicz, nous ne voyons jamais son visage, il est là mais à contre-jour, dans l'ombre, hors champ. Il est décrit par ceux qui l'ont connus mais aussi par la demeure où il résidait et le jardin qui trahit son caractère. Sebastian s'amusait à jouer au démiurge dans son domaine, s'amusait peut-être jusqu'à y croire. N'a-t-il pas, comme l'avoue, fièrement Violet : Vu la face de Dieu ?

Que s'est-il passé l'été dernier, Catherine va-t-elle retrouver la mémoire, en a-t-elle envie ?

Enfermée dans un hôpital Catherine peut laissé remonter des souvenirs qui ne demandent que cela. La vérité demande un effort constant de la part de qui veut la garder dans les profondeurs. Pourquoi Sebastian a-t-il préféré emmener sa belle cousine plutôt que sa mère ? Celle-ci pourtant connaissait les préférences de son fils...

Si Catherine laisse remonter la réalité de l'année précédente d'autres souvenirs ne vont-ils pas en profiter pour se glisser vers sa conscience ?

Le film conserve sa force aujourd'hui, grâce aux talents conjugués de Tennessee Williams et de Joseph Mankiewicz. N'oublions pas dans quel contexte moral il fut réalisé et quelles obligations avaient alors cours quand à la représentation de l'homosexualité.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages