Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juin 2015 2 23 /06 /juin /2015 07:28

Morten Tydlum – 2014 - 114'

Tout commence dans une salle d'interrogatoire...

Un cambriolage a eu lieu à Manchester dans la maison d'un professeur de Cambridge, un certain Alan Turing. Quand les policiers se rendent sur place ils trouvent une maison bouleversée et un homme qui leur dit que rien n'a disparut, qu'ils n'ont pas de raison de rester là. Les policiers opinent mais l'inspecteur Nock se dit qu'il y a quelque chose d'étrange chez cet homme. Secret, solitaire, pour lui c'est le profil parfait d'un espion. N'y en eut-il pas qui travaillaient pour Moscou en professant à Cambridge ?

Le commandant Denniston trouve un jeune homme dans son bureau, interloqué il entend celui-ci répondre que sa secrétaire lui a dit d'attendre. Pourquoi pas dans le bureau ? L'arrivant se présente : Alain Turing, professeur au King's College de Cambridge. Il répond à une annonce concernant un programme de l'armée portant sur le décryptage. Le militaire est surpris et s'apprête à renvoyer Turing quand celui-ci prononce un nom : Enigma !

Il s'arrête et revient s'asseoir. Pour Turing la machine n'est pas un secret, elle existe depuis longtemps, il a vite compris qu'elle était le problème que rencontrait l'armée. Finalement le militaire admet que l'homme en face de lui peut s'attaquer à un problème insoluble : craquer le système Enigma qui code les messages échangés entre les Allemands.

Turing est jeune, brillant, il a déjà écrit un article qui plus tard jettera les bases de l'informatique telle que nous la connaissons. Cette fois le sujet est plus difficile, il faut aller vite, chaque minute des soldats meurent, sans percer le code gagner la guerre sera plus compliqué, plus long, beaucoup plus coûteux en vies humaines.

Turing rejoint l'équipe déjà créée, des hommes sélectionnés pour leurs qualités, tel un champion national d'échecs. Pour Alan si la question est mal posée il est impossible de trouver la réponse. Il est vain d'utiliser des individus pour décrypter le code, le nombre de combinaison est trop grand, il faudrait des millions d'années pour y parvenir or il est réinitialisé chaque matin. Non, seule une machine peut vaincre une machine. Ça tombe bien, c'est sa spécialité !

L'enquête de Nock se continue, il sera encore plus intrigué quand il découvrira que le dossier militaire de Turing est totalement vide. Il n'y a absolument rien, nulle part, sur cet homme. Ce qui ne fait qu'amplifier ses doutes et l'envie d'en savoir davantage. De faire son travail donc !

Aussi demande-t-il 100 000 Livres ! Une somme très importante pour l'époque. Le commandant Denniston ne voit que du gaspillage, aussi Turing passe-t-il par dessus pour s'adresser directement au premier ministre : Winston Churchill, qui sera sensible à ses arguments et lui donnera la direction de l'équipe. Le militaire devra s'exécuter et faire contre mauvaise fortune bon cœur. Les mois vont passer sans apporter de réels résultats, Turing construit sa machine petit à petit, tout est à inventer. De plus il doit faire face à l'incompréhension, sinon l'hostilité, des autres membres de l'équipe qui ne le comprennent pas. Il n'y met pas du sien, montre peu d'humour, est cassant avec tous, se sait le meilleur, le seul à pouvoir atteindre le but fixé. Il lui faudra pourtant accepter l'aide des autres, heureusement sa rencontre avec Joan Clarke sera décisive. Celle-ci va lui apprendre à tenir compte du facteur humain, lui faire comprendre que seul, quel que soit son génie il ne peut tout faire. Et Turing va réussir à se faire apprécier, montrer les facettes cachées d'une personnalité construite sur la méfiance après une enfance qui fut difficile. Être différent c'est être mal vu, et Alan n'est pas comme les autres. Pourtant dans cette enfance il ne sera pas isolée, trouvant un ami qui l'orientera vers les codes. Après tout nos comportements ne sont-ils pas tous symboliques, un mot veut dire autre chose, une attitude est signifiante, chaque instant de la vie est à décrypter. Les symboles réduisent le monde aux capacités de ceux qui doivent vivre avec lui aussi pour la majorité doivent-ils être sommaires et aisément compréhensibles.

Rien à voir avec Enigma !

Deux ans seront nécessaires à Alan et ses partenaires pour réussir, raccourcir la guerre et épargner des millions de vies, tout en devant pour cela en sacrifier quelques milliers.

Rien n'est facile pourtant pour le mathématicien après le conflit, il ne doit rien dire de ce qu'il a fait, tout a été brûlé, caché, oublié, au cas où ces compétences devraient être réutilisées dans le futur.

Les policiers ont continués leur enquête, ce qu'ils vont découvrir n'est pas la preuve que Turing est un espion mais simplement qu'il est homosexuel, en 1951 en angleterre c'est un crime ! Convoqué Turing racontera son histoire au policier qui le comprendra. Mais il est trop tard, la machine judiciaire est lancé, Turing sera arrêté pour comportement licencieux et ne devra d'éviter la prison qu'en acceptant la castration chimique...

Des dizaines de milliers d'homosexuels britanniques seront ainsi condamnés en un peu plus d'un siècle.

Le traitement est efficace mais a des effets secondaires destructeurs pour Turing qui ne le supportera pas et mettra fin à ses jours en mangeant une pomme mêlée de cyanure. Accident ou suicide, un mystère de plus dans la vie d'un homme si important dans l'histoire de l'intelligence artificielle qui démontre à quel point la connerie, elle, est naturelle.

Turing sera gracié, à titre posthume, en 2013 ! La preuve, s'il en fallait une, que le cerveau humain est moins rapide que celui d'un computer. Heureusement ce dernier remplacera bientôt le premier.

Le film est loin d'être fidèle à la réalité, mais c'est une autre histoire.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages