Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 09:09

끝까지 간다 Kim Seong-hun – 2014 - 101'

Gun-su est pressé, c'est pourquoi il roule plus vite qu'il ne faudrait sur cette petite route des environs de Seoul. Au téléphone il répond à ses collègues inquiets de son absence alors que la police des polices coréennes est sur le point d'arriver dans leur commissariat pour enquêter sur leurs magouilles et autres malversations. La journée est d'autant plus difficile qu'il doit se rendre au funérarium pour la mise en bière de sa mère.

Tout d'un coup sur la route apparaît un petit chien qui le regarde sans manifester le désir de se déplacer pour le laisser passer. Soucieux de sauver le canidé (c'est tout à son honneur!) il fait un écart, engueule l'animal, et aperçoit trop tard qu'il y a quelqu'un sur la route, qu'il heurte et envoie balader à plusieurs mètres.

Il s'arrête, respire, regarde autour de lui. Personne ! Il descend de son véhicule et s'approche de l'homme. Agenouillé il l'examine, vérifie le pouls, la respiration, rien. Son premier geste est d'appeler le samu local. Il forme le numéro, va pour appeler... et se ravise. Ce n'est pas le moment d'attirer l'attention, l'individu est mort... mais une voiture de police arrive, lentement, il a juste le temps de tirer le corps pour le dissimuler sur le côté de la route, dans l'ombre.

Résultat de recherche d'images pour "hard day korean movie"

Ouf ! Il passe inaperçu ! Reste le problème du corps. Alors qu'il serait plus simple de partir en le laissant sur la route, mais le film s'arrêterait là, il lui vient l'idée d'embarquer le corps dans son coffre pour le dissimuler.

Mais puisque tout va mal il n'y a pas de raison pour que cela s'arrête. Un peu plus loin un barrage de police lui fait signe de s'arrêter. Il serait mauvais pour lui que son chargement soit découvert, néanmoins il ne peut repartir et doit s'arrêter. Un agent lui fait signe de baisser sa vitre et lui dit qu'il s'agit d'un contrôle d'alcoolémie. Gun-su ne veut pas souffler, argue de son titre de lieutenant pour essayer de passer au travers, mais il n'a pas de papiers qui le prouve et quand il donne son numéro de sécurité sociale le policier note qu'il annonce 14 chiffres alors qu'il ne peut en avoir que 13 ! Gun-su s'énerve, encore plus quand un flic veut ouvrir son coffre, il attaque, cogne, il faut l'usage de gaz pour le ceinturer.

Finalement le malentendu va être dissipé et il pourra repartir.

Il s'en était fallu de peu !

Finalement il arrive à la morgue. C'est là que l'idée va lui venir que le meilleur endroit pour cacher un cadavre c'est encore dans un cercueil, lui-même enterré dans un cimetière, officiellement.

L'enchaînement d'actions pour qu'il arrive à ses fins, l'usage qu'il fait d'un jouet de sa fille, rien que cela vaut le déplacement. Et quand Gun-su se dit qu'il peut souffler, le téléphone sonne dans la poche de sa victime. Il aurait pu penser à lui faire les poches.

Mais les choses se passeront bien malgré la peur qui reste dans son ombre alors que ses collègues sont là et voudraient bien qu'il prenne tout sur lui afin de les disculper.

Il ne l'entend pas de cette oreille. Il n'aura pas fait tout cela pour finir en taule !

Finalement sa mère sera inhumée normalement malgré l'étonnement des employés des pompes funèbres trouvant que le corps est bien lourd...

Tu m'étonnes !

Résultat de recherche d'images pour "hard day korean movie"

Il retourne au travail, sûr d'avoir réussi son coup, d'autant que l'affaire qui impliquait toute l'équipe va passer inaperçue. Histoire d'être punis malgré tout l'équipe est chargé de plusieurs enquêtes en attente. La première concerne un certain LEE (un parent?) qui a récemment été repéré dans les environs. Ils vont donc être chargé de lui mettre la main dessus.

Gun-su sent un frisson d'angoisse lui parcourir le dos quand il reconnaît en la personne de LEE l'homme qu'il a renversé, et plus encore quand tous vont se rendre à l'adresse indiquée, juste à côté du lieu où eut lieu l'accident. Justement celui-ci a été signalé, anonymement et des traces vont être repérées sur la route, à proximité d'une caméra de surveillance. Gun-su se propose pour visionner les enregistrements mais son commandant mandate son collègue. Les images ne seront pas parfaites mais suffisantes pour reconnaître le type de voiture, celui de Gun-su justement, et le premier numéro de la plaque, un 8, comme celle de Gun-su.

Pour tenter de faire disparaître les traces du choc le policier heurte volontairement un véhicule de la police, l'opportunité de faire remplacer l'avant de son automobile.

À nouveau les choses semblent s'arranger. Temporairement puisque Gun-su va recevoir un étrange coup de téléphone, quelqu'un l'a vu et le dénoncera s'il n'est pas obéissant. Décidément, la suite d'ennuis ne semble pas prête de s'arrêter pour le lieutenant, encore plus quand il s'apercevra que son maître-chanteur est lui aussi de la police... Corrompu et complice de LEE il avait tiré à deux reprises sur celui-ci qui avait pu s'échapper, avant d'être heurté par Gun-su. Comme quoi la malchance se communique !

La suite, et comment Gun-su, va tenter de s'en sortir, je vous laisse le découvrir. Rythme, amoralité, suspens et humour ; un scénario habile et une mise en scène impeccable, tout concoure à faire de ce film une réussite où l'on finit par trouver Gun-su sympathique alors qu'il n'a pas grand chose pour lui. Est-il révélateur d'une réalité coréenne ? Perçue plus que véritable, sûrement.

Un bon moment, et tout va bien pour le chien. Que demander de plus ?

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu Cinéma Corée
commenter cet article

commentaires

Herr Basha 09/12/2015 12:53

Excellent film !

Lee Rony 09/12/2015 17:22

Un des rares sortis sur grand écran en France !

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages