Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mai 2015 7 24 /05 /mai /2015 08:20

Who's Afraid of Virginia Woolf ? - Mike Nichols – 1966 – 131'

L'action démarre sur un campus de la Nouvelle Angleterre. George et Martha rentrent d’une soirée au cours de laquelle, c'est une habitude pour eux, ils consommèrent pas mal d'alcool.

George y enseigne l'histoire, mais il est aussi sous les ordres de son beau-père, directeur de l'université.

L'ambiance n'est pas au beau fixe entre les époux, il suffit pour s'en convaincre de voir Martha qui se met à injurier son mari. Visiblement ce n'est pas la première fois.

Histoire d'envenimer un peu la situation celle-ci a invité un couple d'amis, Nick et Honey, à venir boire un, ou plusieurs, dernier verre. George n'est pas heureux de cette invitation, d'une part à cause de l'heure, d'une autre parce qu'il sait que son épouse sera incapable de modérer son langage.

Impossible d'y échapper pourtant, seule condition que met George, que Martha ne parle pas de leur fils.

La scène à laquelle nous venons d'assister n'était qu'une mise en bouche, l'affrontement va continuer, crescendo sous les yeux de Nick, le seul à garder un semblant de sang froid, comme un axe autour duquel les autres peuvent tourner, s'accrocher, emporté par le mouvement de leur rancœur, de leur dépit face à ce qui reste de leurs ambitions alors que tout leur paraissait accessible, que leur jeunesse, aujourd'hui disparue, preuve que l'alcool ne conserve pas le meilleur, s'est échouée sur les récifs de leur médiocrité.

Chacun en veut à l'autre, projette sur lui les défauts qu'il possède, le rendant coupable de n'avoir pas pu, de n'avoir pas su, de n'avoir pas voulu.

Le manège tourne et les mots se font révélateurs, dénonciateurs, destructeur des apparences afin d'exposer les secrets du couple Martha-George.

Finalement, malgré les apparences, ils s'aiment, avec, englouti dans les insultes et la rage, une blessure dont ils ne parviennent pas à guérir, faute de savoir l'accepter.

Mike Nichols bénéficie du talent d'Edward Albee, auteur de la pièce d'origine, de Ernest Lehman, rédacteur du scénario, et, surtout, du couple Taylor-Burton qui ne semble pas jouer tant il est convaincant.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu Cinéma
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages