Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 08:00

Xavier Beauvois – 2014 - 115'

Eddy sort de prison. Visiblement ce n'est pas la première fois et le gardien qui semble bien le connaître quand il le pousse au dehors lui conseille d'arrêter les bêtises. Visiblement cela semble difficile pour Eddy qui ne sait pas ce qu'il pourrait faire d'autre.

Heureusement il n'est pas livré à lui même et un ami, le seul qu'il ait, l'attend dehors et le conduit chez lui. Là il lui présente sa fille, Samira, qui ne le reconnaît pas, la dernière fois qu'elle le vit c'était il y a quelques années seulement mais à cet âge on oublie vite les visages. Osman fait traverser sa demeure, qui ressemble à une baraque de chantier, et lui présente, dans la cour, une vieille caravane, mais en bon état, qu'il lui a réservé comme étant son nouveau domicile. Eddy y retrouve même ses affaires en général et ses livres en particulier. Car il adore lire, depuis toujours. Peut-être un peu trop !

Osman travaille pour la ville où il fait les travaux sur la voie publique tout en surveillant l'éducation de sa fille et en rendant aussi souvent que possible visite à son épouse, Noor, hospitalisée pour un problème de hanche qui l'empêche de travailler et nécessite des soins, voire même une opération. Inenvisageable pour une famille qui arrive tout juste à joindre les deux bouts. Quand au rêve de Samira de devenir vétérinaire, son père lui affirme qu'il faut viser ce que l'on peut et pas ce que l'on veut !

Triste perspective !

Mais Eddy est un homme de ressource, justement par la télévision qu'il vient d'offrir à son ami – mieux vaut ne pas savoir comment il se l'est procuré – il voit et revoit des émissions sur Charlie Chaplin qui vient de mourir et est enterré dans la région. L'idée va donc germer dans son ''esprit'' : puisque Charlot était un miséreux pourquoi Chaplin ne viendrait-il pas, post-mortem, en aide à deux de ses semblables. Pour cela il suffit d'emprunter la dépouille de Charlie, avec le cercueil, puis de demander une rançon à la famille.

Osman trouve l'idée stupide, comme quoi il lui arrivait encore d'avoir des moments de lucidité, pas question pour lui de participer à une telle aventure.

Mais les circonstances vont l'y contraindre. Le besoin d'argent, l'envie d'une vie meilleure pour sa fille, d'un autre avenir pour lui même et sa famille, tout va le conduire à aller réveiller son ami une nuit pour lui dire qu'il est d'accord.

Eddy a fait les repérages, il vole une voiture, après quoi il suffit d'une pioche, d'une pelle et de beaucoup d'huile de coude pour exhumer le cercueil puis de le transporter en bordure d'un champ où il sera réenterré.

La partie compliquée va commencer : prendre contact avec la famille, demander de l'argent, avoir l'air sérieux et professionnel au téléphone. Autant de qualités qui ne figurent pas dans l'arsenal d'Eddy. Il va bafouiller, s'énerver, et quand finalement une remise de rançon sera convenue tout va foirer.

Ce qui n'étonnera personne.

Étrange et pourtant véridique histoire que celle de ces deux individus, à la marge de la société, partis pour une aventure improbable et ridicule, influencés peut-être par la tentative de vol de la dépouille d'Elvis Presley quelques temps plus tôt. Portée par ses interprètes, Benoit Poelevorde et Roschdy Zem en tête qui réussit à ne pas ridiculiser ses ''héros'', au contraire, eux aussi semble des victimes, des Charlot du présent, de la réalité et pas du cinéma, ce qui rapporte beaucoup plus d'ennuis que d'argent et un hommage au Charlie Chaplin de Limelight, que je vous en dise davantage risquerait de gâcher votre plaisir.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages