Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 avril 2015 5 24 /04 /avril /2015 07:13

Si la vie des penseurs de l'Antiquité vous intéresse et que vous avez cherché à en savoir plus sur eux alors sans nul doute vous avez lu Diogène Laërce ( Διογένης Λαέρτιος – Diogenês Laertios).

 

 

Amusant de constater que cet homme passé à la postérité pour avoir relaté les existences de célébrités qui l'avaient précédé n'a rien écrit sur lui-même. Peut-être par lucidité en refusant la comparaison avec des individus plus méritant que lui-même.

Mais j'en doute !

 

Néanmoins il semble avoir vécu au début du IIIème siècle en considérant qu'il n'évoque pas Plotin ou Porphyre alors qu'il cite Sextus Empiris et Saturninus. Son nom indiquerait son lieu de naissance Laërtès, colonie grecque de Cilicie ou peut-être seulement le nom de son père.

 

 

 

 

 

Philosophe ne le définissant pas, encore qu'à le lire il semble admirer particulièrement. Épicure, le terme de doxographe semble fait pour lui. Ce terme désignant qui cite et commente des auteurs anciens, grecs principalement. Peut-être était-il un poète se plaisant à l'érudition et à l'histoire de la pensée telle qu'elle était connue à son époque. Toujours est-il qu'il nous faut le remercier pour son travail, sans conférer à celui-ci plus de qualité qu'il n'en a en gardant à l'esprit l'importance de séparer le vrai du faux, la réalité de la légende, le texte de la main de son auteur de l'apocryphe.

Comme œuvre personnelle il semble s'être contenté de la rédaction d'un recueil d'épigrammes qui ne nous est pas parvenu.

Son livre principal reste donc Vies, doctrines et sentences des philosophes illustres dans lequel ceux-ci sont classés par écoles en commençant par leurs fondateurs. Chaque article suit un plan identique : d'abord la vie du philosophe agrémentée d'anecdotes, puis sa philosophie est évoquée, présentée avec quelques citations ou courts textes, puis une liste d’œuvres, les circonstances de la mort et le testament du penseur.

Diogène n'est pourtant pas un grand auteur, il récupère, compile, entasse un peu tout ce qu'il trouve sans les connaissances ni compétences suffisantes pour faire le meilleur choix ni la sélection la plus adéquate.

Plusieurs traductions en français existent, d'abord celle de Gilles Boileau en 1668, puis celle du Hollandais Chauffepied en 1758. je vous propose celle de Charles Zévort, 1847, qui a repris le texte original en tentant d'en corriger les inexactitudes en usant des travaux d'autres chercheurs.

Il reste plaisant de se saisir de ce volume, de l'ouvrir et de voyager ainsi dans le passé pour une rencontre toujours intéressante. DL eut de nombreux successeurs, chacun lui doit quelque chose.

Bonne lecture.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages