Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 février 2015 7 15 /02 /février /2015 09:05

Conversation secrète – Francis Ford Coppola – 1974

Harry Caul est un technicien spécialisé dans la prise de son, ou plutôt dans le vol de sons, de conversations qui ne lui sont pas destinées mais intéressent d'autres personnes qui le payent pour les surprendre et les enregistrer. Sa banalité apparente lui permet de passer inaperçu aussi bien dans la rue que dans les bâtiments qu'il visite afin d'y laisser de petits micros qui lui permettront une fois chez lui de faire son métier. On peut imaginer qu'avec les techniques disponibles aujourd'hui son métier serait facilité. Nul doute que d'autres le font qui lui ressemblent et se promènent sans qu'on les remarque à côté de nous. Mais à une époque d'exhibitionnisme numérique cela ne devrait pas choquer !

Son appartement est un véritable studio où il améliore la qualité de ses enregistrements avant de les livrer.

Cette fois il se penche sur une conversation volée à un couple, Ann et Mark, en balade dans les rues de San Francisco. Rien que de l'habituel, pourtant en suivant cette conversation il devine que ces jeunes gens courent un véritable danger. Pas question qu'il laisse aller les événements, il se sent responsable, au point de refuser de donner ses enregistrements au commanditaire qui pourtant les a payés. Il écoute, recommence, cherche le détail, la précision qui lui apprendrait la nature de ce danger et comment y remédier. À force de vivre seul ces deux personnes ont pris une importance inattendue pour lui, comme s'il devenait leur ange gardien plutôt que la cause de malheurs qui pourraient les frapper. À ce sujet il se prend de bec lors d'une soirée avec un de ses ''collègues'' moins sujet aux scrupules.

S'attacher est une faute professionnelle, c'est remettre en cause la base du métier et, peut-être, comprendre sa véritable nature.

Rentrant chez lui après une nuit passée avec une call-girl il s'aperçoit que ses enregistrements ont disparus. L'inquiétude l'emporte, le danger menaçant Mark et Ann se rapproche, il doit absolument agir, vite.

Il se rend à l'hôtel où doivent se trouver Ann et Mark, mais, à sa grande surprise, il ne découvre pas leurs cadavres mais celui de M. C, le commanditaire auquel il refusa de donner ses cassettes.

Où est la vérité, ce mot même a-t-il un sens ? Ce qu'il entend est-ce la vérité, ce qu'il comprend, ou croit comprendre, est-ce dans sa tête seulement ou une réalité qui lui file entre les doigts. Des mots et des mensonges, des illusions auxquelles il veut donner un sens pour ne pas réaliser qu'il n'est qu'un instrument encore doté d'une conscience, et c'est elle qui lui joue des tours, elle qui cherche une justification à son activité. Mais c'est trop tard, Caul, à force d'écouter les autres ne s'entend plus lui-même. À quoi bon écouter quand il n'y a à entendre que des paroles incompréhensibles ?

Le hasard voulu que Coppola entame son tournage avant qu'éclate le scandale du Watergate qui fit chuter Nixon. Un film emblématique d'une époque où il existait encore des secrets à découvrir, des vies intéressantes à épier, avant que ce ne soit l'inverse, que les mots et les images ne servent qu'à combler la vacuité d'existences se montrant pour avoir l'illusion d'exister encore.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages