Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 septembre 2014 7 28 /09 /septembre /2014 08:55

Nous sommes à San Francisco, Brigid O'Shaughnessy vient demander aux détectives privés Sam Spade et Miles Archer d'enquêter sur Floyd Thursby, un homme qui aurait fuit avec sa sœur. Sam n'est pas insensible au physique de la jeune femme comme à son argent.

Dans la nuit Spade reçoit un appel de sa secrétaire Effie, qui lui apprend que Miles a été tué en filant Thursby. Plus tard des policiers viennent interroger le détective sur son emploi du temps, celui-ci apprend par la même occasion que Thursby a été tué lui aussi et qu'il est suspecté.

Plus tard un homme, Joel Cairo, vient consulter le détective et lui demande, contre 5000 dollars, de retrouver une statue, celle d'un faucon qui aurait été le cadeau de l'ordre des Chevaliers de Malte au roi Charles d'Espagne. Statue dont le voyage à travers le temps serait une succession de vols et de crimes.

Jamais deux sans trois peut-on dire, une nouvelle personne, Kasper Gutman va intervenir, proposant 50 000 dollars au détective pour la statue.

Dommage qu'il n'y en ait pas eu une de plus !

Spade va mener son enquête avec l'acharnement qui le caractérise et finalement retrouver le fameux faucon qui donne son titre au film, malheureusement celui-ci va se révéler en adéquation avec sa première syllabe.

Bref, c'est du toc.

(Pour la petite histoire la statuette utilisée dans le film et qui était en plomb fut vendue pour plus de 4 millions de dollars)

Spade comprendra vite qui est l'assassin de son partenaire comme de Thursby, en l’occurrence celle qui fut à l'origine de son enquête et qui pensait se servir de lui parvenir à ses fins. Ce qui était une très mauvaise idée !

Le Faucon Maltais est la première réalisation de John Huston, c'est aussi le premier film ''noir'', celui qui en définit les normes et engendra une nombreuses, et inégale, progéniture. C'est aussi, et principalement, un roman de Dashiell Hammett, déjà porté deux fois au cinéma, en 1931 puis en 1936, sans que l'histoire du cinéma ait retenu l'un ou l'autre de ces films. Travaillant avec Allen Rivkin, Huston suit le roman scène par scène, convainquant ainsi Jack Warner de sa capacité à le porter à l'écran. Aucun ne supposait que ce serait une telle réussite, grâce à l'histoire elle-même, la mise en scène, mais aussi, et surtout dirais-je, à la distribution, dominée par Humphrey Bogart dont

c'est le premier rôle principal dans un personnage qu'il incarne si bien qu'il est impossible de les dissocier. Moqueur, cynique, sombre et lucide, il regarde les gens pour ce qu'ils sont sans se prétendre meilleur pour autant. N'oublions pas Peter Lorre, si souvent cantonné dans des rôles de traîtres et autres fourbes, Mary Astor, qui ne ressemble pourtant pas à l'idée que l'on se fait de la vamp, manipulatrice et prête à tout. Un film étape du cinéma, il n'y en a pas tant que cela alors pourquoi ne pas reculer dans le temps. Le Faucon était du bidon, pas le film !

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai vu
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages