Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 avril 2017 1 10 /04 /avril /2017 07:30

Peut-être faut-il avoir beaucoup souffert pour apprécier Lovecraft

Jacques Bergier

 

Michel Houellebecq est inconnu quand en 1988 il entreprend la rédaction de cet essai. Celui-ci sera édité en 1991, un an avant La Poursuite du bonheur, premier recueil de poèmes de l'auteur. Son premier roman, L'Extension du domaine de la lutte, paraîtra en 1994. Houellebecq dans sa préface de 1999 avouera qu'il écrivit ce texte comme un premier roman, HPL en étant le seul personnage et les faits relatés devant être exacts.

On peut comprendre qu'il considère Lovecraft comme un miroir, se penchant sur ce reflet pour privilégier les traits qu'il devine les plus proches de lui au détriment des autres pour donner au final un portrait tronqué du Maître de Providence.

Le titre est en lui-même explicite, c'est l'attitude supposée de Lovecraft face au monde dans lequel il est plongé, son œuvre étant une réaction contre celui-ci et l'incompréhension, sinon le rejet, qu'il ressentit, à tort ou à raison. Le (anti-)héros lovecraftien type étant confronté à des puissances qu'il ne comprend pas mais dont il sait qu'elles vont le détruire, un peu comme Howard lui-même lors de son séjour à New York, ville où il débarque, marié à Sonia Green, plein d'ambition, sûr d'un avenir radieux, avant de déchanter, d'affronter l'incompréhension des autres et sa propre incapacité à s'adapter à un contexte étranger. Houellebecq peut, à juste titre, considérer que ces choses inhumaines sont les projections du monde moderne, du capitalisme, du mercantilisme et des sous produits de ceux-ci.

Pour l'auteur, Lovecraft était un enfant jusqu'à 17/18 ans, isolé par une éducation qui rendra impossible son entrée à l'université et son accession à une vie ''normale''. HPL se confronte à une réalité hostile. Il connaîtra alors un ''effondrement nerveux'' causant une léthargie qui se prolongera dix ans.

Howard, dans une lettre à Alfred Galpin en mai 1918, confie ''Je ne suis qu'à moitié vivant ; une grande partie de mes forces se dépense à s'asseoir et à marcher […] je suis complétement abruti sauf quand je tombe sur quelque chose qui m'intéresse particulièrement.'' Aucun doute, Lovecraft est un homme lucide, intelligent et sincère. Une espèce d'épouvante léthargique s'est abattue sur lui au tournant de ses dix-huit ans et il en connaît parfaitement l'origine.

Conséquence, peut-être, de ces échecs, Lovecraft présente un monde, une humanité, dénués d'intérêt et d'avenir. ''L'univers n'est qu'un furtif arrangement de particules élémentaires. Une figure de transition vers le chaos qui finira par l'emporter. La race humaine disparaîtra. […] Les actions humaines sont aussi libres et dénuées de sens que les libres mouvements des particules élémentaires. Le bien, le mal, la morale, les sentiments ? Pures fictions victoriennes''. Dans cette phrase Houellebecq parle plus de lui que du sujet de son texte, elle en est d'autant plus intéressante mais ce n'est pas le lieu de la commenter.

Houellebecq souligne à quel point le créateur de Cthulhu utilise la science, moyen d'augmenter la crédibilité de ses personnages. ''Les sciences, dans leur effort gigantesque de description objective du réel lui fourniront cet outil de démultiplication visionnaire dont il a besoin. HPL, en effet, vise à une épouvante objective, déliée de toute connotation psychologique ou humaine''.

De même la sexualité qui est pour l'étasunien une cause de dégénérescence, d'abâtardissement, est l'origine des maux de l'homme moderne pour le français.

Le titre se comprend donc comme une double confrontation, d'abord avec la société contemporaine, ensuite avec une vie dont il ne perçoit pas l'intérêt, pour lui d'abord, pour l'espèce dont il un représentant, peut-être en le regrettant.

Par ailleurs ses convictions matérialistes et athées ne varieront pas, la vie n'a pas de sens, la mort non plus. Ainsi celle de ses héros n'apporte-t-elle aucun apaisement, l'histoire ne s'arrête pas avec elle. Lovecraft aurait-il soulevé le rideau de la réalité, révélant quelque chose d'ignoble ? Au-delà de notre perception d'autres entités existent, d'autres créatures, races, concepts et intelligences. Satan ou Nyarlathothep, qu'importe ! Le premier est dévalué par ses rapports prolongés avec les détours honteux de nos péchés ordinaires.

Lire Lovecraft amène à modifier son regard sur l'existence.

Houellebecq pourtant n'est pas un continuateur comme le furent

Robert Bloch, Lin Carter, August Derleth... il n'a pas participé au mythe populaire généré par l'américain, aussi vivace que le fut celui de Conan Doyle à la différence, importante, que si le second se fonde sur un personnage, le premier en use tels des ombres sur font de ténèbres hantées de formes insupportables. L'un avait conscience de ce qu'il créait, pas l'autre. Quelle importance que son œuvre disparaisse avec lui ! Il a pourtant des disciples, jeunes auteurs qu'il s'efforce de conseiller, non sans tenter de les décourager parfois, tant sa propre vie fut difficile.

Houellebecq distingue trois cercles dans l’œuvre de son modèle : Le premier, le plus extérieur, est constitué de la correspondance et des poèmes. Le deuxième comprend les textes auxquels Lovecraft a participé, comme collaborateur officiel ou comme réviseur. Le suivant est fait des textes de la main de HPL, ici chaque mot compte. Le dernier enfin, le cœur absolu, les ''grands textes'' :

L'appel de Cthulhu (1926)

La couleur tombée du ciel (1927)

L'abomination de Dunwich (1928)

Celui qui chuchotait dans les ténèbres (1930)

Les montagnes hallucinées (1931)

La maison de la sorcière (1932)

Le Cauchemar d'Innsmouth (1932)

Dans l'abîme du temps (1934)

L’œuvre de Lovecraft est comparable à une gigantesque machine à rêver, d'une ampleur et d'une efficacité inouïes. Son impact sur la conscience du lecteur est d'une brutalité sauvage, effrayante ; et ne se dissipe qu'avec une dangereuse lenteur.

Vous voulez en savoir plus ? Vous savez ce qui vous reste à faire, d'autant que ce livre est petit, il demande pourtant du temps pour être lu, et même relu. L'auteur y évoque HPL, apporte un éclairage personnel, et intéressant, sur celui-ci, et à travers lui se présente et montre une esquisse de sa production littéraire à venir.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Lee Rony - dans J'ai lu Lovecraft
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Lire au nid
  • Lire au nid
  • : Mes (ré)créations littéraires et photographiques.
  • Contact

Bienvenue...

Bienvenue sur ce blog ! Vous y découvrirez mes goûts, et dégoûts parfois, dans un désordre qui me ressemble ; y partagerez mon état d'esprit au fil de son évolution, parfois noir, parfois seulement gris (c'est le moins pire que je puisse faire !) et si vous revenez c'est que vous avez trouvé ici quelque chose qui vous convenait et désirez en explorant mon domaine faire mieux connaissance avec les facettes les moins souriantes de votre personnalité.

Rechercher

Pages